Category Projects news

José Randrianandrasana, PhD student, on reef ecology and restoration

Reef ecology is my focus and I am working towards a PhD as part of the ARMS Restore Project to restore the coral reef biodiversity in my country.

Similar to an underwater rainforest, coral reefs support 25% of all marine life in the world and over 500 million people worldwide for food and coastal protection. Healthy coral reefs support commercial and subsistence fisheries as well as jobs and businesses through tourism and recreation. Unfortunately, due to climate change and human activities, coral reefs around the world are threatened and coastal populations are becoming more vulnerable.

The Bay of Ranobe in southwest of Madagascar, where around 5000 fishermen are wholly depending on the marine environment for food, are becoming threatened by malnutrition due to declining fish catches, declining agriculture, and an increasing coastal population.

To address these issues, a new tool is being advanced by the Project Team: Autonomous Reef Monitoring Structures (ARMS) attached on the bottom to collect representatives of reef biodiversity. Deployed on healthy natural coral reefs, ARMS accumulated marine organisms that will be moved to artificial reefs after one year to jumpstart reef growth. Pivoting from the traditional PVC and stainless-steel design, we  redesigned the ARMS using limestone because it is a natural substrate, is locally sourced, and the structures can be made locally through collaboration and employment of members of the community.

The effectiveness of limestone ARMS for collecting local reef biodiversity will be tested and quantified over the three years of the project, a large part of my PhD research. Six artificial reefs will be built inside the Bay of Ranobe and their biological impact will be measured and compared against natural coral reefs nearby. More specifically, the performance and benefits of seeding ARMS from healthy natural coral reefs onto three artificial reefs site will be compared to three artificial reefs without ARMS and three natural coral reef sites (without ARMS or an artificial reef).

Last year, 120 “seeding ARMS” were deployed on the most heathy reef in the Bay, where they will be left undisturbed for 12 months. Meanwhile, my team and I are conducting monthly surveys to study benthic succession on the ARMS plate in situ to describe the colonization and succession of benthic organisms on ARMS relative to the surrounding natural reef.

In January 2023, we plan to begin building the six artificial reefs inside the Bay of Ranobe. Ecological selection criteria have been developed by our team to help local communities identify locations that will yield the most benefit (e.g., fish biomass), based on my fieldwork and data collection to explore potential artificial reef sites in June 2022. Up next are community conversations to discuss the data and decide where to build the six 1-hectare artificial reefs.

Tags

OFFRE DE STAGE : Caractérisation des assemblages de poissons à l’aide de suivis vidéo

Caractérisation des assemblages de poissons à l’aide de suivis vidéo dans la baie de Ranobe

Date de début de stage : Octobre 2022

Date limite de dépôt de dossier : 28 Septembre 2022

Responsable de stage : Thomas LAMY, IRD Montpellier, thomas.lamy@ird.fr

Henitsoa JAONALISON, IH.SM, jaonasat@gmail.com

Co-responsables du stage :

José RANDRIANANDRASANA, IH.SM, jossarobidy@gmail.com

Laurent, VIOGLIOLA, IRD (Nouvelle Calédonie) laurent.vigliola@ird.fr

Gildas TODINANAHARY, IH.SM, gildas.todinanahary@ihsm.mg

Description et objectifs scientifiques du projet

Le déclin des récifs coralliens à l’échelle mondiale menace les populations humaines qui dépendent de ces écosystèmes comme source de revenus ou pour se nourrir. Face à cette situation, le projet ARMS Restore propose d’utiliser un nouvel outil dans la baie de Ranobe, des récifs artificiels ensemencés par des structures appelés ARMS (Autonomous Reef Monitoring Structures) afin de restaurateur la biodiversité et ainsi améliorer les rendements des petites pêcheries et la santé humaine des populations locales. Ces ARMS ont été déposés sous l’eau afin d’agréger passivement la biodiversité de récifs seins de la baie de Ranobe. Une fois l’accumulation de cette diversité, les ARMS seront transférés sur des récifs artificiels. L’objectif global est de suivre les assemblages de poissons avant et après installation des récifs artificiels et des ARMS afin d’évaluer leurs effets sur la biodiversité. Dans ce contexte, les objectifs de ce stage seront d’implémenter un suivi des poissons à l’aide de caméras vidéo GoPro en complément d’autres types de suivis (visuels et ADN environnemental) afin d’obtenir un état de référence avant la mise en place des récifs artificiels. Un total de 6 futur récifs artificiels, des zones contrôle et des habitats adjacents seront suivis (N > 30 sites). Les données vidéos seront étudiées au laboratoire (identification des espèces, annotation des vidéos, gestion des données) puis analysées afin d’évaluer les facteurs contrôlants la structuration spatiale des assemblages de poissons. Suivant la qualité du travail effectué, le stage pourra être prolongé afin de répéter le suivi après la mise en place des récifs artificiels et des ARMS afin d’en étudier l’effet sur la biodiversité des poissons.

Le stage comprendra les activités suivantes :

  • Préparation du système de suivi vidéo sous-marin à l’aide de caméra GoPro en surface et sous l’eau ;
  • Gestion, annotation et analyse des vidéos en laboratoire ;
  • Identification des espèces de poissons ;
  • Gestion des données et analyses statistiques

Compétences et qualités requises :

  • Intérêt pour l’écologie marine,
  • Très bonne aptitude à plonger : de niveau « PADI Open Water » au moins
  • Très bon sens de l’organisation afin de gérer les suivis vidéos en parallèle des suivis visuels
  • Très bonne connaissance des espèces de poissons dans le Sud-Ouest de Madagascar
  • Sens de l’organisation, curiosité, rigueur et autonomie,
  • Connaissance de l’anglais scientifique (lu et écrit),
  • Une expérience dans l’organisation et l’analyse de données et l’utilisation du logiciel R serait un réel plus.

La sélection de l’étudiant-e se fera après : 1) examen d’un CV et d’une lettre de motivation qui devront être envoyés à Thomas Lamy, copie à Gildas Todinanahary, avant le 28 Septembre 2022 et 2) un entretient oral

Télécharger la version PDF ici

Tags

Atelier de formation à la Science Ouverte – Nosy Be

Dans le cadre du LMI Mikaroka (IH.SM, CNRO, UMR ENTROPIE, UMR MARBEC), en collaboration avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESUPRES), le Centre National de Recherche Océanographique (CNRO) de Nosy Be, l’Institut Halieutique-Sciences Marines (IH.SM) et le service Renforcement des Capacités (SRC-DMOB) de l’IRD organisent une formation dédiée à la science ouverte et à la gestion des données appliquées aux sciences marines le 22 au 26 aout à Nosy Be – Madagascar

Cet atelier est l’un des éléments de l’importante composante de renforcement de capacités du programme du LMI.

Durant cette semaine, plus de 20 participant·es abordent sous forme de conférences, débats échanges de bonnes pratiques et nombreux travaux pratiques les principes généraux et les grandes étapes de la science ouverte. Ils peuvent aussi définir les fondamentaux concernant les données de recherche ainsi que les cadres juridiques et éthiques, à la fois internationaux et malgaches.

A l’issue de la formation, les participant·es seront capables de collecter et référencer leurs données, et seront sensibilisé·es aux enjeux de la science ouverte. Ainsi, les données issues des sciences marines à Madagascar seront de plus en plus partagées, protégées et valorisées.

Des discussions riches et variées vont compléter ces présentations, animées et présentées par de nombreux·ses intervenant·es :

  • Mme Sylvie Fiat, porteuse du PSF pour l’IRD et ingénieur UMR ENTROPIE
  • Mme Lolona Ramamonjisoa, responsable du protocole de Nagoya à Madagascar
  • Mme Anne-Sophie Archambeau, directrice du GBIF France
  • Mme Sophie Pamerlon, chargée de l’appui technique à la publication des données au GBIF
  • Mme Hanka Hensens, documentaliste à l’IRD
  • M. Jamal Mahafina, enseignant-chercheur à l’IH.SM
  • M. Herinomena Andriamasinoro, ingénieur données à l’IH-SM
  • M. Aïna Le Don, responsable du Centre National de Données Océanographiques et chercheur à l’IH-SM
  • M. Julien Barde, ingénieur de recherche à l’IRD, UMR MARBEC
  • M. Henitsoa Jaonalison, chercheur à l’IH-SM
  • M. Jean-Christophe Desconnets, directeur de la mission pour la science ouverte à l’IRD
  • Mme Esthere Garnier, chargée de projets au service renforcement des capacités (DMOB-IRD)

Hommage à M. Mamy Rajaonarivelo, directeur du Centre National de la Recherche Océanographique

L’équipe tient à rendre un hommage spécial au co-porteur Sud du PSF et directeur du Centre National de la Recherche Océanographique, M. Mamy Rajaonarivelo qui nous a quitté subitement quelques jours avant l’atelier. Il avait beaucoup œuvré pour faciliter l’organisation de cet atelier de formation à Nosy Be.

 

Tags

Des étudiants Montois à la Station Marine de Belaza

Par Dr Guillaume Caulier, Premier Assistant à l’université de Mons, Belgique

En Avril dernier, douze étudiants de Master I et II en Biologie à l’Université de Mons ont eu l’opportunité de participer au stage de « Biodiversité et écologie des récifs coralliens »  pendant 4 semaines dans le sud-ouest de Madagascar en collaboration avec notre partenaire de longue date qu’est l’Institut d’Halieutique et des Sciences Marines (IHSM) de l’université de Tuléar. Les étudiants montois ont d’ailleurs eu l’occasion d’être associés à des étudiants malgaches en Master en écotourisme pendant une partie de leur stage. C’est également la toute première fois que la station marine de Belaza (UMONS-ULIEGE-IHSM) accueille des étudiants montois, une inauguration qui promet de futurs stages prolifiques pour les prochaines années à venir !

Au programme de ce stage, en résumé :

  • Découverte des écosystèmes riches en biodiversité et hautement endémiques du sud-ouest de Madagascar : milieu intertidal, faune endobenthique, mangrove, forêt xérophyte,…
  • Initiation à l’apnée, la plongée et la prise de photos subaquatiques avec à la clef la découverte des récifs coralliens abritant une biodiversité à couper le souffle !
  • Visite d’aquacultures socio-villageoises (p.ex. ferme de concombres de mer, de crabes et cultures d’algues) mêlant challenge scientifique et ingénierie, préservation de la biodiversité naturelle et développement durable.

Le stage a été hautement apprécié par les étudiants qui ont été réjouis de découvrir un tout nouveau monde biologique, de superbes paysages, mais également une nouvelle culture riche en dépaysement.

Les étudiants ont également été confrontés aux aléas et difficultés des missions de terrain comme, par exemple, le cyclone Jasmine qui a frappé de plein fouet Tuléar le 26 avril ! Bref, un stage riche en rebondissements et des étudiants qui en ressortent grandis et soudés !

Etudiants montois et étudiants malagasy en Master en écotourisme après un TP d’invertébrés marins

Pour la toute première fois que la station marine de Belaza (UMONS-ULIEGE-IHSM) accueille des étudiants montois

Tags,

Offre de bourse de Doctorat en Sciences Marines et Halieutiques

Thème: Modélisation participative des pêcheries de crabe de mangrove à Madagascar

Dans le cadre du projet européen CORECRABE (“Valorisation de la recherche en appui à l’aménagement des pêcheries de crabe de mangrove à Madagascar” http://corecrabe.ird.fr/) porté par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en partenariat avec l’IH.SM, l’IRD offre une allocation de recherche pour une thèse au Sud (ARTS) dans le cadre du Laboratoire Mixte International MIKAROKA. Le(la) Doctorant(e) sélectionné(e) développera son projet de recherche en halieutique et contribuera à atteindre les objectifs ci-dessous.

Contexte.

La caractérisation et la prise en compte des principales incertitudes en termes de réalisation des objectifs de gestion des pêcheries constitue un enjeu prioritaire pour définir les stratégies de gestion les plus performantes (eg, en identifiant les points de risque d’effondrement des ressources ou des systèmes de collecte de données permettant de mieux détecter les conditions où ces stratégies peuvent échouer). L’analyse des compromis entre différents objectifs de gestion des ressources halieutiques considérées est une autre question stratégique importante nécessitant la participation accrue des parties prenantes dans le processus d’évaluation. Les incertitudes structurelles et environnementales doivent être considérées, notamment au moyen de différents modèles d’exploitation (incertitudes structurelles) et de scénarios (incertitudes environnementales) puis interprétées et discutées avec les parties prenantes selon une démarche participative.

La thèse contribuera au développement d’une telle procédure de gestion dans les petites pêcheries de crabes de mangrove (Scylla serrata) à Madagascar, dans un contexte pauvre en données, fréquent dans les petites pêcheries au Sud. Ces pêcheries tournées vers l’exportation sont exploitées par plusieurs milliers de pêcheurs de manière traditionnelle, à pied ou en pirogues non motorisées, dans les zones de mangrove et se sont largement intensifiées au cours de la dernière décennie en réponse au marché mondial.

Le projet de thèse s’appuiera sur les travaux de recherche-action du projet européen CORECRABE (2019-2023) qui offrent une opportunité et faisabilité en termes de données disponibles (captures, effort de pêche, filière, gouvernance), de modélisation, de participation des parties prenantes (pêcheurs, exportateurs, administrations, ONGs, etc.) et de collaboration interdisciplinaire. Ainsi, le/la doctorant-e finalisera la première version fonctionnelle déjà disponible des modèles ci-dessus. Il/elle paramètrera ces modèles avec les données disponibles et les règles de capture dans quatre pêcheries, estimera les indicateurs (y compris leur incertitude), et validera les modèles avec l’appui d’un groupe de travail scientifique international (déjà identifié). L’interaction avec les parties prenantes aux différentes étapes du processus d’évaluation sera réalisée via les groupes de travail multi-acteurs régionaux déjà mis en place de 2020 à 2022.

Objectifs.

L’objectif général de la thèse est de développer et d’évaluer une démarche générique de modélisation d’une pêcherie de crabe de mangrove à l’échelle régionale (~100 km de linéaire de mangrove) qui permette d’intégrer dans la procédure de gestion des critères de décision reposant sur des estimateurs biologiques (eg, mortalité par pêche, taille des crabes capturés) et socioéconomiques (eg, prix, nombre des acteurs économiques). Ces modèles doivent d’une part permettre de mieux comprendre et analyser la structure, le fonctionnement et l’évolution prédite du système halieutique, et d’autre part permettre de construire une représentation collective du fonctionnement d’un tel système socioécologique et de la partager facilement.

Plus précisément, les objectifs seront :

  1. de développer et calibrer un modèle conventionnel de dynamique de population structuré selon la tailles des crabes, prenant en compte les ressources, les pêcheurs et leurs interactions (e.g., captures par unité d’effort) ;
  2. de calibrer un modèle bioéconomique pour prendre en compte la dynamique des prix et des mesures de gestion et leurs impacts sur l’exploitation, les ressources et les profits ;
  3. d’analyser, de comparer, et de discuter les résultats des simulations de chaque modèle à moyen terme en termes d’incertitude et de pertinence pour la prise de décision sur la régulation de l’exploitation. Des objectifs multiples et souvent contradictoires sont couramment rencontrés dans la gestion des pêches, générant généralement des conflits entre les groupes qui accordent la priorité à des objectifs de gestion différents. L’approche d’évaluation de la stratégie de gestion sera utilisée pour mettre en discussion les résultats, les incertitudes et l’utilité des indices de CPUE (Partie 1) et du modèle bioéconomique (Partie 2) pour la gestion et le mode de gouvernance des pêcheries.

Activités de recherche.

La thèse comprendra les activités suivantes :

  1. Travaux de terrain de suivi des pêcheries de crabe de mangrove dans quatre régions de la côte ouest de Madagascar où intervient le projet CORECRABE (http://corecrabe.ird.fr/) : enquêtes auprès des pêcheurs, échantillonnage participatif des captures
  2. Bancarisation des données halieutiques et biologiques dans la base de données mise en place par le LMI Mikaroka;
  3. Analyse statistique des données et modélisation
  4. Restitution des résultats à des groupes de travail multi-acteurs
  5. Rédaction de publications scientifiques dans des revues internationales et participation à une conférence internationale
  6. Moyens techniques et scientifiques mis à disposition de l’étudiant-e :
    L’étudiant-e sera accueilli-e à l’IH.SM, au sein du LMI Mikaroka. Il-elle communiquera régulièrement avec ses co-encadrants à distance. Des séjours en France (4 à 6 mois par an) seront effectués.

Compétences et qualités requises :

  • Intérêt attesté pour la petite pêche et les approches à l’interface sciences-société
  • Capacités attestées pour l’analyse de données et la modélisation statistique et mathématique
  • Très bonne connaissance du logiciel R et SIG
  • Maîtrise de l’anglais scientifique (lu, écrit, parlé)
  • Aptitude au travail de terrain pendant des périodes d’une à trois semaines : enquête auprès des pêcheurs, embarquements, relations avec les communautés
  • Grande capacité de travail individuel et en équipe
  • Excellente maîtrise du français écrit et parlé
  • Expérience en communication scientifique écrite et orale
  • Sens de l’organisation, curiosité, rigueur et autonomie
  • Aptitude à la conduite en moto (RN9)
  • Mobilité en France exigée (4 à 6 mois par an de 2023 à 2025)

Profil recherché :

Homme-femme, Diplôme de Master 2 ou DEA en sciences halieutiques, océanographie, économie ou équivalent.

Candidature : Le(la) candidat(e) sera sélectionné(e) sur la base de son dossier de candidature :

  • CV détaillé ;
  • lettre (3 pages minimum détaillant sa motivation, ses aptitudes et ses connaissances scientifiques (dont références bibliographiques) suivant le projet de recherche ci-dessus) ;
  • Copie du diplôme le plus élevé et des relevés de notes de L3, M1 et M2).
  • Le dossier doit être envoyé par e-mail à gildas.todinanahary[at]ihsm.mg copie à marc.leopold[at]ird.fr , lavitra_thierry[at]ihsm.mg , jamal.mahafina[at]ihsm.mg au plus tard le 29 juillet 2022.

Un entretien oral final sera réalisé début août 2022.

Démarrage prévu : 01/10/2022 (durée : 3 ans)

Télécharger l’offre en version PDF

Avis de recrutement: technicien(e) de laboratoire

TELECHARGER PDF

Pour appuyer son équipe, l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) de l’Université de Toliara cherche un(e)

TECHNICIEN(E) DE LABORATOIRE

Poste basé à Toliara

Contrat (CDD) de 2ans avec une période d’essai

Description du poste

Sous l’autorité du Directeur de l’Institut et sous la supervision directe du Coordinateur du projet ARMS Restore, le (ou la) Technicien(ne) est appelé(e) à travailler de près avec l’équipe du projet ARMS Restore, au sein du Laboratoire CoRRECT (Coral Reef Research and Conservation Team). Il (ou elle) collabore directement avec les Enseignants, les Chercheurs de l’IH.SM et partenaires du projet, les Doctorants et les mémorants effectuant des activités de recherche au sein du laboratoire.

Responsabilité

Le Technicien de laboratoire aura comme principales responsabilités de :

  • Assurer le contrôle des infrastructures et des équipements de Laboratoire ;
  • Assurer le suivi des utilisations des équipements et le respect des règles d’utilisation de sécurité liées aux équipements et consommables :
  • Garantir le bon fonctionnement, la maintenance et l’entretien réguliers des appareils de mesures et les équipements alloués au Laboratoire ;
  • Gérer le stock de laboratoire en consommables, réactifs et intrants chimiques ;
  • Assister les chercheurs et stagiaires dans leurs travaux d’observation et d’expérimentation ;
  • Assurer la préparation des travaux pratiques (TP) à réaliser dans le Laboratoire ;
  • Fournir un rapport régulier sur l’ensemble des activités réalisées au sein du Laboratoire

Profil recherché

Qualification

  • Agé(e) de plus de 21 ans ;
  • Avoir un diplôme de Licence minimum Sciences Marines, Sciences Naturelles (ou équivalent);
  • Apte à travailler dans un Laboratoire et en mer ;
  • Ayant une expérience réussite dans un poste similaire serait un atout ;
  • Maîtrise parfaitement les outils informatiques ;
  • Parle et écrit le Français et l’Anglais (atout).

Qualités personnelles

  • Rigueur et minutie
  • Sens de l’organisation
  • Dynamique et proactif
  • Bon relationnel
  • Honnête, fiable et souriant(e)
  • Aptitude à travailler sous pression
  • Grande disponibilité et flexibilité dans les horaires de travail.

Poste basé à Toliara ǀ Date limite de dépôt de dossier : 26 Mai 2022 ǀ Démarrage : Juin 2022

Candidature

Le dossier de candidature, composé de CV actualisé (avec photo récente et contact rapide), d’une lettre de motivation et d’une copie du diplôme le plus élevé doit être envoyé, par e-mail à prd.ihsm[at]gmail.com, copie à gildas.todinanahary[at]gmail.com avant le 26 Mai 2022 à minuit. Seuls les candidats sélectionnés seront contactés.

Tags

Black corals under threat, but studies show hope

The WIOMSA Newsbrief is talking about our papers on black corals: Black corals under threat, but studies show hope.

Download PDF (of the news article) here

Read the the WIOMSA Newsbrief, 30 (1): 14-16

Full papers:

Dugauquier, J.M., Godefroid, M., M’Zoudi, S., Terrana, L., Todinanahary, G., Eeckhaut, I. & Dubois, P. 2021. Ecomechanics of black corals (Cnidaria: Anthozoa: Hexacorallia: Antipatharia): A comparative approach. Invertebrate Biology, e12347. Available here

Godefroid, M., Todinanahary, G.G.B., Dubois, P., Eeckhaut, I., Lepoint, G., Terrana, L. 2021. Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): the case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology, 545: 151645. Available here

Tags,

The ARMS Restore course is finally launched

Graduate and undergraduate course on “ARMS to reefs: A new tool to restore coral reef biodiversity, fisheries yields, and human health in Madagascar”

Delayed by one day due to the passage of the Cyclone Batsirai, the Graduate and Undergraduate course on « ARMS to reefs: A new tool to restore coral reef biodiversity, fisheries yields, and human health in Madagascar » was finally launched on Tuesday 8th of February.

The first day was devoted to Ecology, with the participation of Gildas Todinanahary (IH.SM University of Toliara) and Aaron Hartmann, from Harvard University Department of Organismic and Evolutionary Biology, who gave an interesting lesson on the sexual reproduction of corals. The debate which followed the lecture showed all the interest of the students in the training and the importance of the topic.

The first day was also marked by the beginning of R Bootcamp.  The students learned how to Input and Wrangle Data in R, with Jessica Zamborain Mason from Harvard T.H. Chan School of Public Health.

Today Wednesday, students were able to learn and discuss about Barcoding and eDNA methods, with Jean-Dominique Durand from IRD, followed by a lecture on how to collect fisheries data: fisheries monitoring, GPS tracking, catch survey design, with Marc Léopold, also from IRD.

Due to travel restrictions (COVID 19), these first lectures are all given remotely by videoconference.

Thanks to the local staff including Eddy Falimanana, Léa Ravaoarisoa, and especially the PhD students José Randrianandrasana, Aroniaina Falinirina, Sandra Ranaivomanana and Anissa Volanandiana as well as the MSc interns for their commitment to make this course happen.

Read more about the course here.

Learn more about the ARMS Restore project here.

 

Tags,

Ces futurs biomanagers en écotourisme unis par l’amour de la biodiversité exceptionnelle de Madagascar

« Faites la connaissance de ces jeunes unis par l’écotourisme pour l’amour de la biodiversité »

Venant de presque toutes les régions du pays, 16 étudiants dont 8 hommes et 8 femmes, ont choisi d’élargir leur connaissance en suivant le cursus Master Interuniversitaire en Ecotourisme et Biomanagement au sein de l’Institut Halieutique et des Sciences Marines. Grâce à la diversité de leur origine, cette promotion représente bien Madagascar. Ces jeunes, ayant initialement suivi différentes formations comme la géographie, les sciences biologiques et environnementales, l’entreprenariat du tourisme, le management, l’écotourisme et aussi l’agronomie, sont unis pour développer et promouvoir ensemble l’écotourisme. Ils sont unis par l’amour de la biodiversité exceptionnelle de l’Île.

Origine des étudiants en M1 du parcours Master InterUniversitaire en Ecotourisme et Biomanagement

Par ailleurs, la singularité de cette promotion est que, elle illustre parfaitement l’approche-genre qui est encore rare dans le monde professionnel. Quasiment la totalité de ces étudiants (93,75% ou 15 parmi 16 étudiants) ont l’ambition de devenir entrepreneurs et fonder leurs propres projets. C’est l’atout de ces futurs biomanagers, capables et prêts à se démarquer dans l’univers professionnel, pour mettre en avant le développement durable du pays.

Représentation simplifiée des objectifs professionnels de ces jeunes étudiants

Auteurs: Tous les étudiants M1 (2021-2022) du parcours MIEB

Tags

OFFRE DE STAGE: Qualité des carraghénanes et de la cellulose résiduelle des algues rouges

Qualité des carraghénanes et de la cellulose résiduelle des algues rouges Kappaphycus alvarezii (Cottonii) et Euchema denticulatum (Spinosum).

Période: Février – Juillet 2022

Date  limite de réception de candidature: 15 janvier 2022

Niveau requis : Master 2

Equipe d’accueil : Laboratoire Test and Analysis of Materials (TeAM)

Responsable de stage : Dr Gédice Fernand MAHERIZO (IH.SM, Université de Toliara) et Dr Heriarivelo RISITE (Département de Physique, Université de Toliara)

Co-Responsable du stage : Dr Gildas TODINANAHARY (IH.SM, Université de Toliara), Pr Igor EECKHAUT (Université de Mons)

Superviseur : Dimbinaina Olivier MAKA (Doctorant en chimie, Université de Mons/ IH.SM Université de Toliara)

Description et objectifs scientifiques du projet

Dans le cadre du projet « Bioplastique et Algoculture Villageoise à Madagascar », les carraghénanes des espèces d’algues rouges issues de la filière algoculture malgache seront utilisés dans un procédé de fabrication de plastiques biosourcés. Pour améliorer les propriétés de ces bioplastiques, il a été envisagé d’utiliser un adjuvant naturel « la cellulose ». Des études qui ont été menées à l’IH.SM ont pu améliorer le protocole standard d’extraction des carraghénanes de l’algue Cottonii d’une manière moins couteuse. Cependant le rendement de carraghénane obtenu pourrait varier en fonction de la saison de culture des algues et les résidus après extraction ne sont pas valorisés.

Pour cela, la cellulose résiduelle des algues après l’extraction du carraghénane sera utilisée mais aussi elle sera comparée avec de la cellulose issus des déchets végétaux disponibles dans la région sud-ouest de Madagascar.

Les objectifs du stage sont :

(i) d’optimiser l’extraction des carraghénanes des algues rouges Cottonii et Spinosum

(ii) de comparer la qualité des carraghénanes (viscosité, force du gel) et leur rendement en fonction de la saison de culture des algues

(iii) de valoriser les résidus d’algue après l’extraction des carraghénanes en produisant des fibres de celluloses

(iv) d’identifier d’autres sources de cellulose afin de les comparer avec celle issue des résidus d’algues

(v) de mélanger les carraghénanes avec les celluloses (voie par solvant) et mesurer la viscosité ainsi que les propriétés mécaniques des mélanges

Moyens scientifiques et techniques mis à disposition

L’étudiant(e) sera accueilli(e) à l’IH.SM et travaillera dans un laboratoire de l’institut. La logistique, le matériel et équipements nécessaires pour l’étude seront mis à sa disposition. Il ou elle communiquera régulièrement avec ses co-encadrants.

Compétences et qualités requises

  • capacité de réaliser des expériences en laboratoire
  • bonne connaissance sur les algues marines, l’algoculture à Madagascar ainsi que l’extraction des carraghénanes et de la cellulose
  • sens de l’organisation, de curiosité et autonomie
  • connaissance de l’anglais scientifique (lu et écrit)

NOTE : Les dossiers à fournir sont constitués d’un CV et d’une lettre de motivation qui devront être envoyés au responsable de Mention de l’IH.SM (lantoasinoro@hotmail.com), en copie les responsables du stage (gedice.fernand@gmail.com, h.risite@gmail.com, gildas.todinanahary@gmail.com et dimaolivier@gmail.com ) au plus tard le 15 janvier 2022. Les candidats sélectionnés passeront ensuite un entretien oral avec les encadrants.

Télécharger la version PDF de l’offre ICI

Tags