Category Quoi de neuf Doc ?

José Randrianandrasana, PhD student, on reef ecology and restoration

Reef ecology is my focus and I am working towards a PhD as part of the ARMS Restore Project to restore the coral reef biodiversity in my country.

Similar to an underwater rainforest, coral reefs support 25% of all marine life in the world and over 500 million people worldwide for food and coastal protection. Healthy coral reefs support commercial and subsistence fisheries as well as jobs and businesses through tourism and recreation. Unfortunately, due to climate change and human activities, coral reefs around the world are threatened and coastal populations are becoming more vulnerable.

The Bay of Ranobe in southwest of Madagascar, where around 5000 fishermen are wholly depending on the marine environment for food, are becoming threatened by malnutrition due to declining fish catches, declining agriculture, and an increasing coastal population.

To address these issues, a new tool is being advanced by the Project Team: Autonomous Reef Monitoring Structures (ARMS) attached on the bottom to collect representatives of reef biodiversity. Deployed on healthy natural coral reefs, ARMS accumulated marine organisms that will be moved to artificial reefs after one year to jumpstart reef growth. Pivoting from the traditional PVC and stainless-steel design, we  redesigned the ARMS using limestone because it is a natural substrate, is locally sourced, and the structures can be made locally through collaboration and employment of members of the community.

The effectiveness of limestone ARMS for collecting local reef biodiversity will be tested and quantified over the three years of the project, a large part of my PhD research. Six artificial reefs will be built inside the Bay of Ranobe and their biological impact will be measured and compared against natural coral reefs nearby. More specifically, the performance and benefits of seeding ARMS from healthy natural coral reefs onto three artificial reefs site will be compared to three artificial reefs without ARMS and three natural coral reef sites (without ARMS or an artificial reef).

Last year, 120 “seeding ARMS” were deployed on the most heathy reef in the Bay, where they will be left undisturbed for 12 months. Meanwhile, my team and I are conducting monthly surveys to study benthic succession on the ARMS plate in situ to describe the colonization and succession of benthic organisms on ARMS relative to the surrounding natural reef.

In January 2023, we plan to begin building the six artificial reefs inside the Bay of Ranobe. Ecological selection criteria have been developed by our team to help local communities identify locations that will yield the most benefit (e.g., fish biomass), based on my fieldwork and data collection to explore potential artificial reef sites in June 2022. Up next are community conversations to discuss the data and decide where to build the six 1-hectare artificial reefs.

Tags

Atelier de formation à la Science Ouverte – Nosy Be

Dans le cadre du LMI Mikaroka (IH.SM, CNRO, UMR ENTROPIE, UMR MARBEC), en collaboration avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESUPRES), le Centre National de Recherche Océanographique (CNRO) de Nosy Be, l’Institut Halieutique-Sciences Marines (IH.SM) et le service Renforcement des Capacités (SRC-DMOB) de l’IRD organisent une formation dédiée à la science ouverte et à la gestion des données appliquées aux sciences marines le 22 au 26 aout à Nosy Be – Madagascar

Cet atelier est l’un des éléments de l’importante composante de renforcement de capacités du programme du LMI.

Durant cette semaine, plus de 20 participant·es abordent sous forme de conférences, débats échanges de bonnes pratiques et nombreux travaux pratiques les principes généraux et les grandes étapes de la science ouverte. Ils peuvent aussi définir les fondamentaux concernant les données de recherche ainsi que les cadres juridiques et éthiques, à la fois internationaux et malgaches.

A l’issue de la formation, les participant·es seront capables de collecter et référencer leurs données, et seront sensibilisé·es aux enjeux de la science ouverte. Ainsi, les données issues des sciences marines à Madagascar seront de plus en plus partagées, protégées et valorisées.

Des discussions riches et variées vont compléter ces présentations, animées et présentées par de nombreux·ses intervenant·es :

  • Mme Sylvie Fiat, porteuse du PSF pour l’IRD et ingénieur UMR ENTROPIE
  • Mme Lolona Ramamonjisoa, responsable du protocole de Nagoya à Madagascar
  • Mme Anne-Sophie Archambeau, directrice du GBIF France
  • Mme Sophie Pamerlon, chargée de l’appui technique à la publication des données au GBIF
  • Mme Hanka Hensens, documentaliste à l’IRD
  • M. Jamal Mahafina, enseignant-chercheur à l’IH.SM
  • M. Herinomena Andriamasinoro, ingénieur données à l’IH-SM
  • M. Aïna Le Don, responsable du Centre National de Données Océanographiques et chercheur à l’IH-SM
  • M. Julien Barde, ingénieur de recherche à l’IRD, UMR MARBEC
  • M. Henitsoa Jaonalison, chercheur à l’IH-SM
  • M. Jean-Christophe Desconnets, directeur de la mission pour la science ouverte à l’IRD
  • Mme Esthere Garnier, chargée de projets au service renforcement des capacités (DMOB-IRD)

Hommage à M. Mamy Rajaonarivelo, directeur du Centre National de la Recherche Océanographique

L’équipe tient à rendre un hommage spécial au co-porteur Sud du PSF et directeur du Centre National de la Recherche Océanographique, M. Mamy Rajaonarivelo qui nous a quitté subitement quelques jours avant l’atelier. Il avait beaucoup œuvré pour faciliter l’organisation de cet atelier de formation à Nosy Be.

 

Tags

Des étudiants Montois à la Station Marine de Belaza

Par Dr Guillaume Caulier, Premier Assistant à l’université de Mons, Belgique

En Avril dernier, douze étudiants de Master I et II en Biologie à l’Université de Mons ont eu l’opportunité de participer au stage de « Biodiversité et écologie des récifs coralliens »  pendant 4 semaines dans le sud-ouest de Madagascar en collaboration avec notre partenaire de longue date qu’est l’Institut d’Halieutique et des Sciences Marines (IHSM) de l’université de Tuléar. Les étudiants montois ont d’ailleurs eu l’occasion d’être associés à des étudiants malgaches en Master en écotourisme pendant une partie de leur stage. C’est également la toute première fois que la station marine de Belaza (UMONS-ULIEGE-IHSM) accueille des étudiants montois, une inauguration qui promet de futurs stages prolifiques pour les prochaines années à venir !

Au programme de ce stage, en résumé :

  • Découverte des écosystèmes riches en biodiversité et hautement endémiques du sud-ouest de Madagascar : milieu intertidal, faune endobenthique, mangrove, forêt xérophyte,…
  • Initiation à l’apnée, la plongée et la prise de photos subaquatiques avec à la clef la découverte des récifs coralliens abritant une biodiversité à couper le souffle !
  • Visite d’aquacultures socio-villageoises (p.ex. ferme de concombres de mer, de crabes et cultures d’algues) mêlant challenge scientifique et ingénierie, préservation de la biodiversité naturelle et développement durable.

Le stage a été hautement apprécié par les étudiants qui ont été réjouis de découvrir un tout nouveau monde biologique, de superbes paysages, mais également une nouvelle culture riche en dépaysement.

Les étudiants ont également été confrontés aux aléas et difficultés des missions de terrain comme, par exemple, le cyclone Jasmine qui a frappé de plein fouet Tuléar le 26 avril ! Bref, un stage riche en rebondissements et des étudiants qui en ressortent grandis et soudés !

Etudiants montois et étudiants malagasy en Master en écotourisme après un TP d’invertébrés marins

Pour la toute première fois que la station marine de Belaza (UMONS-ULIEGE-IHSM) accueille des étudiants montois

Tags,

Black corals under threat, but studies show hope

The WIOMSA Newsbrief is talking about our papers on black corals: Black corals under threat, but studies show hope.

Download PDF (of the news article) here

Read the the WIOMSA Newsbrief, 30 (1): 14-16

Full papers:

Dugauquier, J.M., Godefroid, M., M’Zoudi, S., Terrana, L., Todinanahary, G., Eeckhaut, I. & Dubois, P. 2021. Ecomechanics of black corals (Cnidaria: Anthozoa: Hexacorallia: Antipatharia): A comparative approach. Invertebrate Biology, e12347. Available here

Godefroid, M., Todinanahary, G.G.B., Dubois, P., Eeckhaut, I., Lepoint, G., Terrana, L. 2021. Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): the case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology, 545: 151645. Available here

Tags,

The ARMS Restore course is finally launched

Graduate and undergraduate course on “ARMS to reefs: A new tool to restore coral reef biodiversity, fisheries yields, and human health in Madagascar”

Delayed by one day due to the passage of the Cyclone Batsirai, the Graduate and Undergraduate course on « ARMS to reefs: A new tool to restore coral reef biodiversity, fisheries yields, and human health in Madagascar » was finally launched on Tuesday 8th of February.

The first day was devoted to Ecology, with the participation of Gildas Todinanahary (IH.SM University of Toliara) and Aaron Hartmann, from Harvard University Department of Organismic and Evolutionary Biology, who gave an interesting lesson on the sexual reproduction of corals. The debate which followed the lecture showed all the interest of the students in the training and the importance of the topic.

The first day was also marked by the beginning of R Bootcamp.  The students learned how to Input and Wrangle Data in R, with Jessica Zamborain Mason from Harvard T.H. Chan School of Public Health.

Today Wednesday, students were able to learn and discuss about Barcoding and eDNA methods, with Jean-Dominique Durand from IRD, followed by a lecture on how to collect fisheries data: fisheries monitoring, GPS tracking, catch survey design, with Marc Léopold, also from IRD.

Due to travel restrictions (COVID 19), these first lectures are all given remotely by videoconference.

Thanks to the local staff including Eddy Falimanana, Léa Ravaoarisoa, and especially the PhD students José Randrianandrasana, Aroniaina Falinirina, Sandra Ranaivomanana and Anissa Volanandiana as well as the MSc interns for their commitment to make this course happen.

Read more about the course here.

Learn more about the ARMS Restore project here.

 

Tags,

Ces futurs biomanagers en écotourisme unis par l’amour de la biodiversité exceptionnelle de Madagascar

« Faites la connaissance de ces jeunes unis par l’écotourisme pour l’amour de la biodiversité »

Venant de presque toutes les régions du pays, 16 étudiants dont 8 hommes et 8 femmes, ont choisi d’élargir leur connaissance en suivant le cursus Master Interuniversitaire en Ecotourisme et Biomanagement au sein de l’Institut Halieutique et des Sciences Marines. Grâce à la diversité de leur origine, cette promotion représente bien Madagascar. Ces jeunes, ayant initialement suivi différentes formations comme la géographie, les sciences biologiques et environnementales, l’entreprenariat du tourisme, le management, l’écotourisme et aussi l’agronomie, sont unis pour développer et promouvoir ensemble l’écotourisme. Ils sont unis par l’amour de la biodiversité exceptionnelle de l’Île.

Origine des étudiants en M1 du parcours Master InterUniversitaire en Ecotourisme et Biomanagement

Par ailleurs, la singularité de cette promotion est que, elle illustre parfaitement l’approche-genre qui est encore rare dans le monde professionnel. Quasiment la totalité de ces étudiants (93,75% ou 15 parmi 16 étudiants) ont l’ambition de devenir entrepreneurs et fonder leurs propres projets. C’est l’atout de ces futurs biomanagers, capables et prêts à se démarquer dans l’univers professionnel, pour mettre en avant le développement durable du pays.

Représentation simplifiée des objectifs professionnels de ces jeunes étudiants

Auteurs: Tous les étudiants M1 (2021-2022) du parcours MIEB

Tags

Black coral farming: the potential is real / Elevage de corail noir : le potentiel est réel

Depuis 2014, l’exploitation de coraux noirs (Tangoaraky) est devenue une activité illicite à Madagascar (En savoir …). Mais les services de pêche continuent à appréhender les braconiers de la mer qui risquent leur vie en plongée quasiment sans protection à une profondeur qui va jusqu’à 80m pour recolter des coraux noirs sauvages, souvent agés de plusieurs centaines d’années.

Pourquoi ne pas élever des coraux noirs ?

Des chercheurs ont découvert qu’il est possible de faire l’aquaculture des coraux noirs, malgré leur croissance lente.

Résumé de la publication

Afin de tester la faisabilité de la transplantation de l’espèce de corail noir fouet Cirrhipathes anguina (Dana, 1846) de Madagascar, des transplants ont été installés sur des tables de culture dans deux sites (la passe Nord et la Grande Vasque du Grand Récif de Toliara) caractérisés par des conditions environnementales distinctes. Après la transplantation, les greffons ont été suivis pour les capacités de cicatrisation à court terme (20 jours) et les taux de mortalité et de croissance à moyen terme (200 jours). Les résultats montrent une transplantation réussie dans les deux sites avec 0% de mortalité (sauf sous forme de fragments manquants) et une certaine croissance sur 200 jours. Les taux de croissance maximaux étaient respectivement de 3,4 cm/mois et 2,0 cm/mois dans la Passe Nord et dans la Grande Vasque. De plus, le temps moyen de cicatrisation totale a été retardé dans la Grande Vasque par rapport aux transplants de la Passe Nord (10 jours). Les différences entre les sites sont probablement liées à des différences dans les paramètres environnementaux. Dans l’ensemble, les résultats prometteurs obtenus avec le protocole simple utilisé dans cette étude encouragent l’utilisation de greffes de corail noir dans d’autres expériences in situ et projets de restauration.

Ces résultats encouragent également à poursuivre les recherches sur l’élevage de ces animaux inscrits dans l’annexe 2 de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), afin de palier aux problèmes de menaces et satisfaire le besoin du marché de squelettes de coraux noirs avec des produits provenant de l’aquaculture respectueuse de l’Environnement.

Lire l’article complet: Mathilde Godefroid, Gildas Georges BoleslasTodinanahary, Philippe Dubois, IgorEeckhaut, NicolasSturaro, GillesLepoint, LucasTerrana (2021) Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): The case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology 545 (2021) 151645 (DOI: https://doi.org/10.1016/j.jembe.2021.151645)

Black corals experimental farming overview
Aperçu de l’élevage expérimental de coraux noirs

English

Since 2014, the exploitation of black corals (Tangoaraky) has become an illegal activity in Madagascar (Read more …). But the Fisheries department continue to apprehend the poachers of the sea who risk their lives diving almost unprotected at a depth of up to 80m to harvest wild black corals, often several hundred years old.

Why not breed black corals?

Researchers have discovered that it is possible to aquaculture black corals, despite their slow growth.

Abstract of the research paper

In order to test the feasibility of transplantation of the whip black coral species Cirrhipathes anguina (Dana, 1846)  from Madagascar, transplants were installed on cultivation tables in two sites (the North Pass and the Grande Vasque) characterized by distinct environmental conditions. Following transplantation, the transplants were followed for short-term (20 days) healing capacities and medium-term (200 days) mortality and growth rates. Results show a successful transplantation in both sites with 0% mortality (except in the form of missing fragments) and a certain growth over 200 days. Maximum growth rates were 3.4 cm/month and 2.0 cm/month in the North Pass and in the Grande Vasque, respectively. In addition, mean time to total healing was delayed in the Grande Vasque compared to the transplants in the North Pass (10 days). Differences between sites are likely to be related to differences in environmental parameters. Altogether, the promising results obtained with the easy protocol used in this study encourage the use of black coral transplants in further in situ experiments and restoration projects.

These results also encourage further research on the breeding of these organisms listed in Annex 2 of the Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora (CITES), in order to overcome the problems of threats and satisfy the market need for black coral skeletons with products from environmentally friendly aquaculture.

 

Read the full article: Mathilde Godefroid, Gildas Georges BoleslasTodinanahary, Philippe Dubois, IgorEeckhaut, NicolasSturaro, GillesLepoint, LucasTerrana (2021) Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): The case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology 545 (2021) 151645 (DOI: https://doi.org/10.1016/j.jembe.2021.151645)

 

Tags

Corals and black corals: check out these 2 new articles published

Check out these two new articles published on corals and black corals … Enjoy reading

Découvrez ces deux nouveaux articles publiés sur les coraux et les coraux noirs … Bonne lecture

Article 1

« Spatial Patterns of Coral Community Structure in the Toliara Region of Southwest Madagascar and Implications for Conservation and Management »

Cite the article: Botosoamananto RL, Todinanahary G, Razakandrainy A, Randrianarivo M, Penin L, Adjeroud M. Spatial Patterns of Coral Community Structure in the Toliara Region of Southwest Madagascar and Implications for Conservation and Management. Diversity. 2021; 13(10):486. https://doi.org/10.3390/d13100486 (Download PDF)
Received: 30 August 2021 / Revised: 26 September 2021 / Accepted: 2 October 2021 / Published: 5 October 2021

Abstract

The Great Reef of Toliara, on the southwestern coast of Madagascar, has been documented as harbouring flourishing reef communities in the 1960s, but has since been affected by various threats, causing a coral decline last reported in 2008. In 2017, we examined the spatial heterogeneity in coral community structure in the region of Toliara. Coral assemblages were characterized by a marked spatial variability, with significant variation for most of the descriptors among the three major habitats and also among stations within habitats. We recorded high coral cover, with values >40% at six of the 10 stations, which was associated with high abundance of coral colonies. We also documented the return to an Acropora-dominated coral assemblage. While these positive results suggest a recent return to healthier coral assemblages, they must be tempered, as the diversity that we recorded was lower than in the 1960s. Moreover, we found a high cover of algae at several stations, suggesting that the ecosystem is likely close to the tipping point toward a phase shift. Finally, the population size-structure of major coral taxa was positively skewed, with few large colonies to ensure the replenishment of local populations. The marked spatial variation suggests that marine protected areas should integrate a sufficiently large area to capture the scale of this spatial heterogeneity.
Keywords: coral reefs; scleractinian corals; community structure; spatial variability; Madagascar

Article 2

Ecomechanics of black corals (Cnidaria: Anthozoa: Hexacorallia: Antipatharia): A comparative approach

First published: 05 October 2021 https://doi.org/10.1111/ivb.12347 (Read the article here)
Abstract
Mechanical properties of the skeleton of four antipatharians (the whip species Cirrhipathes anguina and Stichopathes cf. maldivensis, and the branched species Cupressopathes abies and Cupressopathes cf. pumila) living in shallow waters off the southwestern coast of Madagascar were investigated using a three-point bending test. The Young’s modulus did not differ according to species but was significantly higher in the distal segment of colonies, compared with the basal and median segments. By contrast, the flexural stiffness was significantly higher in whip species compared with branched ones, and in the whip species, flexural stiffness was higher in the basal segment compared with the other two segments, an observation consistent with a specific adaptation of the species to a strong current environment. Although both species cohabit identical flow conditions, whip species are able to maintain their stalk in vertical position, whereas branched species can readily bend over. This suggests that the specific flexural stiffness is linked to contrasting feeding strategies of species with different morphologies in a similar strong current environment.

Tags,

New published article on the « First evaluation of coral recruitment in Madagascar »

Des chercheurs de l’IH.SM, avec leurs partenaires, ont évalué la distribution des larves et le recrutement des coraux constructeurs de récifs dans la région sud-ouest de Madagascar. Cette étude réalisée entre octobre 2013 et Septembre 2014 constitue la première du genre dans le pays et a ouvert la voie à de multitudes d’investigations concernant la dynamique des assemblages des coraux et la capacité de résilience des récifs coralliens à Madagascar.

Lire l’article ici

Résumé

Les auteurs de l’article ont commencé par un suivi hebdomadaire de la présence de larves de corail (planula) dans le plancton, suivi d’une évaluation mensuelle des recrues (des bébés corail de moins de 1 an) et une estimation du taux de recrutement des juvéniles (1 <Juveniles <2 ans). Les larves de coraux ont été observé dans le plancton 9 mois sur 12. Leur abondance a été plus élevée au début de la saison chaude et humide et des pics de densité ont été observé en Novembre et Décembre suggérant que la plupart des coraux libèrent leurs œufs fécondés quelques jours ou quelques semaines avant cette période. Le taux de recrutement observée dans le sud-ouest de Madagascar était élevé est comparable à d’autres régions du monde avec plus ou moins 100 recrues par mètre carré sur le site ou le recrutement est le plus élevé. Il varie aussi selon les saisons.

Nous avons observé des pics de recrutement entre Octobre et Décembre. Nous avons également observé une différence significative entre l’abondance des recrues et celle des juvéniles. Les résultats de l’évaluation de l’abondance des juvéniles ont révélé des taux élevés (> 10 juvéniles de m-2) par rapport à d’autres régions et au seuil théoriques, mais il a également permis de relever une forte mortalité des recrues.

Les résultats de cette étude suggèrent que malgré la dégradation sans précédente des récifs coralliens, particulièrement ceux du Grand récif de Toliara, l’observation d’un recrutement naturel avec un taux élevé est un bon signe et pourrait favoriser une résilience des assemblages coralliens, bien que plusieurs facteurs post-recrutement puissent induire une mortalité importante des recrues et des juvéniles de corail.

Les chercheurs de l’IH.SM avec leur partenaire de par le monde continue de travailler sur le sujet afin d’approfondir la connaissance sur la reproduction et la dynamique des assemblages de coraux à Madagascar.

Photographs of scleractinian at the different development stages

Abstract

The distribution of larvae and recruitment of scleractinians in the southwest region of Madagascar were evaluated for the first time between October 2013 and September 2014 at 3 sites. The presence of coral larvae (planulae) was monitored through weekly sampling using a plankton net and the recruitment rate evaluated by monthly sampling of the newly settled corals (<1 year stage) on recruitment tiles and by a monitoring of the recruitment of juveniles (1< Juveniles < 2 years) using the quadrat method. Planulae were present in the plankton for 9 months during the survey.

The recorded mean annual density of planula varied from 0.43 ± 0.41 larvae m-3 to 3.23 ± 5.72 larvae m-3 depending on site, with a peak in larval density towards the end of November and the beginning of December. The variability in the occurrence of planula is very high and implied that the density observed in the year does not present a significant difference between the sites (pKW=0.33). The average density of total recruits was 620.13 ± 621.30 recruits m-2, 40.28 ± 50.97 recruits m-2 and 36.34 ± 33.82 recruits m-2, respectively at the sites of Nosy Tafara, Grande Vasque and Rose Garden. Seasonal distribution of coral recruitment was different between the sites. The mean annual density of newly settled recruits (< 1 month stage) was significantly higher at Nosy Tafara with 94.91±101.08 recruits m-2 compared to Grande Vasque and Rose Garden with 18.75±34.32 recruits m-2 and 11.57±18.47 recruits m-2 (pKW<0.001), respectively.

The highest density of newly settled recruits was observed between October to December. Higher density of recruits was also observed in March at Nosy Tafara and in May at all three sites. Results of juvenile monitoring showed high rates (> 10 juveniles m-2) compared to other regions and the threshold, but it revealed high mortality among recruits. Coral recruitment in the southwest region of Madagascar was found to be high and could result in increased resilience of the coral reef assemblages.

Download the full article here (DOI: 10.4314/wiojms.v20i1.5)

Todinanahary GGB, HasintantelyN, Eeckhaut I, Lavitra T (2021) First evaluation of coral recruitment in Madagascar. Western Indian Ocean Journal of Marine Science, 20(1):47-62

 

Des coraux vivants adultes sur les habitats artificiels villageois : une lueur d’espoir pour la pêcherie récifale ?

Les débris de coraux morts ont été collectés et valorisés pour constituer les matières premières base de la fabrication des habitats artificiels baptisé Fishes Banking ecotechnology®

Cette innovation a été développée à Madagascar pour contribuer à la pêcherie durable. Les objectifs des habitats artificiels sont d’ordre écologique, halieutique et écotourisitique. Les caractéristiques spécifiques de ces dispositifs favorisent une colonisation rapide par les organismes benthiques et les poissons d’intérêts commercial. Par ailleurs, après quatre années d’immersion, plusieurs espèces de coraux constructeurs de récif de taille adulte sont déjà observées dans certains sites.

Poissons agrégés sur l’habitat artificiel en pyramide

La présence et l’abondance des ces principaux acteurs du système récifal est un des caractéristiques qui définissent la résilience d’un récif naturel, surtout lorsque la survie post-recrutement est élevé. La croissance est également surprenante. Ce qui semble être le cas sur ces dispositifs installés près du village de pêcheurs Sarodrano où les coraux observés sur ces dispositifs sont également considérés comme des espèces résistantes par rapport aux perturbations environnementaux et aux stress climatiques. Laissés ouverts aux activités de pêches sans aucune restriction, les résultats sont prometteurs dans un sens où les pêcheurs exercent moins de pressions que sur les récifs naturels où celles-ci sont une des causes principales de dégradation.

Une espèce d’Acropora adulte sur l’habitat artificiel en pyramide

Après des années d’observations scientifiques, le Fishes Banking ecotechnology® semble démontrer qu’il constitue une technologie de restauration récifale abordable et applicable dans les villages des pêcheurs.

Par Faustinato Behivoke

 

Tags