Monthly Archive July 28, 2021

Démarage du projet MASMA

July 28, 2021 Comments Off on Démarage du projet MASMA By Jaonalison Henintsoa

Lancement du projet MASMA porté par l’IH.SM en étroite collaboration avec le KMFRI (Kenya), l’OCEA (La Réunion), l’Université de Liège et l’Université de Leuven (Belgique), l’IFREMER et l’IRD (France), et CNR-IAS (Italie). L’objectif général du projet est d’améliorer l’utilisation de la modélisation écologique ainsi que des méthodes d’aquaculture alternatives pour soutenir l’utilisation durable des ressources marines dans les zones côtières. Ce projet explorera des solutions fondées et innovantes sur l’aquaculture des « Sigan cordonniers » qui permettra de développer une activité alternative durable pour les communautés littorales.

MASMA project led by IH.SM in close collaboration with KMFRI (Kenya), OCEA (La Réunion), University of Liège and University of Leuven (Belgium), IFREMER and IRD (France), and CNR-IAS (Italy) has been launched. This project aims at improving the use of ecological modeling as well as alternative aquaculture methods in supporting the sustainable use of marine fish resources in the coastal areas. The project considers the innovative research on the capture-based rabbitfishes aquaculture and developing sustainable alternatives to Malagasy people living in coastal areas.

Actu: Bioplastique et algues / News: Bioplastic and seaweed

July 16, 2021 Comments Off on Actu: Bioplastique et algues / News: Bioplastic and seaweed By administrateur

English version below

Fabriquer du plastique biodégradable à partir des algues marines cultivées par des villageois. Où en est-on ?

Un partenariat multipartite pour la recherche et développement

Afin de lutter contre la pollution environnementale et de valoriser les algues marines cultivées par les communautés côtières, le projet de recherche intitulé “Bioplastique et algoculture villageoise” a été initié depuis janvier 2020 grâce au partenariat Nord-Sud entre l’Institut Halieutique et des Sciences Marines de l’Université de Toliara, l’Université d’Antananarivo, les Universités belges de Mons et de Liège, avec le financement de l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Belgique (ARES-Belgique) et la participation d’autres partenaires privés (Ocean Farmers) et ONG (Entraide et Fraternité).

Le projet a pour objectif d’évaluer et de tester, à l’échelle d’une unité-pilote sur Madagascar, le potentiel économique, social et environnemental d’une activité innovante portant sur la confection de bioplastiques, en particulier des sacs et des films dégradables, confectionnés à partir des deux algues aquacultivées, la Cottonii et la Spinosum.

Les premiers essais sont-ils concluants ?

Afin de discuter de l’avancement et de la gestion globale des activités du projet et particulièrement des activités de recherche proprement dites, une réunion entre les partenaires parties prenantes, les scientifiques (promoteurs, encadrants et étudiants) et les responsables administratifs a été réalisée le 14 juillet 2021. La réunion s’est basée sur l’évolution des travaux de recherche réalisés par les Doctorants recrutés dans le cadre du projet.

Une réunion virtuelle entre les partenaires

Les trois doctorants ont fait une brève présentation de leurs travaux de recherche effectués pour montrer ce qu’ils ont accomplis et les perspectives pour la deuxième année. Maka Dimbinaina Olivier, Doctorant en Sciences Chimiques a partagé ses premiers résultats portant sur la fabrication de bioplastiques à partir des algues marines Kappaphycus alvarezii (Cottonii) et Euchema denticulatum (Spinosum) venant des villages côtiers. A partir de son premier essai, il a démontré la possibilité de formuler des films à partir d’algues marines brutes et envisage d’améliorer les films avec une partie des composants des algues marines.

Raharinaivo Lovasoa Rina, Doctorante en Sciences Biochimiques a quant à elle, partagé ses activités concernant l’étude de la biodégradation des bioplastiques biosourcés associée à la caractérisation des déchets marins, particulièrement les macro- et micro-plastiques. Elle évaluera entre autres l’impact de ces déchets sur le fonctionnement des écosystèmes marins critiques tels que la mangrove et les herbiers de phanérogames.

Rabearison Mihary Isandratana, Doctorant en Sciences Economiques a exposé ses axes de recherches sur les stratégies d’exploitation du bioplastique algosourcé en mettant en exergue la création d’une nouvelle chaîne de valeur dans une logique de développement durable dans le but de dégager les potentialités socio-économiques et les pertinences environnementales du projet.

Pour le développement durable …

Un projet pour le développement axé sur 3 thèmes de Doctorat

Malgré la situation pandémique qui perturbe notamment les déplacements des chercheurs, les travaux de recherches avancent pas à pas. Par ailleurs, les partenaires privés et ONGs ont réaffirmé leur volonté d’aider à la poursuite des objectifs des projets de recherche.  Les promoteurs ainsi que les encadrants n’ont pas manqué de rappeler la nécessité de travailler davantage sur la complémentarité et la convergence des travaux de thèse afin d’assurer la durabilité des produits qui seront développés et contribuer à atteindre les objectifs du développement durable.

Pour atteindre les ODD / Meeting the SDGs

 

Produce biodegradable plastic from seaweed cultivated by villagers. Where we are?

A multi-stakeholder partnership for research and development

To fight against the environmental pollution and to valorize seaweeds cultivated by coastal communities, the research project entitled “Bioplastique et algoculture villagoise” has been initiated since January 2020, dealt by a North-South partnership between Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) of the University of Toliara and the University of Antananarivo, the Belgian Universities of Mons and Liège. The project is funded by the Belgium Academy of Higher Education and Research (ARES). the technical contribution Private partners (Ocean Farmers) and NGOs (Entraide et Fraternité) provide the technical support.

The project aims to evaluate and test, at the scale of a pilot unit in Madagascar, the economic, social and environmental potential of an innovative activity, which produces seaweed-based bioplastics. The project plans to produce biodegradable bags and films using mainly two seaweeds namely “Cottonii” and “Spinosum”.

Are the first tests conclusive?

In order to discuss the progress and overall management of the project activities and particularly the research activities themselves, a meeting between the stakeholders, the scientists (senior scientists and PhD students) and the administrative staff was held on July 14th, 2021. The meeting focused on the progress of the research work carried out by the PhD students recruited within the project.

The three PhD students briefly presented their research work to show their accomplishments and the perspectives for the second year. Maka Dimbinaina Olivier, PhD student in Chemical Sciences shared his first results on the creation of bioplastics from the seaweeds Kappaphycus alvarezii (Cottonii) and Euchema denticulatum (Spinosum) from the coastal villages. From his first experiments, he demonstrated the possibility of formulating films from blend seaweed and plans to improve the films with the seaweed components.

Raharinaivo Lovasoa Rina, PhD student in Biochemical Sciences shared her activities regarding the study of biodegradation of biosourced plastics associated with the characterization of marine litters, especially macro- and microplastics. She will be assessing the impacts of those litters on the critical marine ecosystems (mangroves and phanerogam beds).

Rabearison Mihary Isandratana, PhD student in Economics presented his line of research throughout a triple bottom line approach on how to combine economic profitability, social impacts and environmental benefits of the project while creating a new sustainable value chain.

For sustainable development …

Although the effects of the pandemic that delays the researchers‘ travel, the research is leading onto a good path. Moreover, private partners and NGOs have reaffirmed their motivation to assist to the continuation of research project and excited to by the promising preliminary results. Besides, the senior scientists reminded the significance of the complementarity of the students’ theses and their convergence within the research project in order to ensure the sustainability of the products that will be developed and contribute to achieving the sustainable development goals.

Par/By Rina Raharinavo, Olivier Maka et Mihary Rabearisoa

L’IH.SM sera présent au symposium international pour le récif corallien

July 6, 2021 Comments Off on L’IH.SM sera présent au symposium international pour le récif corallien By administrateur

English below

ICRS 2021

Tous les deux ou trois ans, la société internationale pour les récifs coralliens (ICRS) organise un symposium scientifique qui porte aussi son nom. Le symposium international sur le récif corallien est la plus importante manifestation scientifique regroupant des milliers de chercheurs et d’acteurs travaillant sur les récifs coralliens et leur gestion, à travers le monde. Cette année, le symposium est organisé par l’Université de Bremen, Allemagne et sera totalement virtuel en raison de la situation pandémique.

2 présentations, par l’équipe CORRECT

A travers deux présentations, l’IH.SM, Madagascar sera présente à ce symposium. Ces présentations portent sur les travaux de l’équipe de recherche, d’enseignement et de conservation des récifs coralliens (CORRECT).

La première, une présentation sous forme de Poster aura lieu le 20 juillet 2021 à partir de 19:30, heure de Madagascar (soit 16:30 temps universel). Intitulé «Water volume, dissolved oxygen concentration and light irradiance influence the resistance of Seriatopora hystrix to transportation in small volume», cette présentation porte sur l’amélioration du transport des coraux vivants (les boutures) qui est l’une des contraintes les plus importantes dans le commerce de ces animaux. Actuellement, ils doivent être transportés par voie aérienne, et de préférence en moins de 20 heures en utilisant de l’oxygène concentré, sinon, la mortalité des coraux après le transport augmente considérablement. Cette recherche a démontré que l’ajout d’éclairage LED dans la boîte de transport permet de maintenir les conditions de transport viables pour les coraux vivants jusqu’à 72h avec l’utilisation de l’air normal.

Poster presentation

La deuxième présentation, sous forme orale, intitulée “Community-based innovative and productive artificial habitats for coral reef and coastal community resilience in developing island states”, porte sur l’utilisation et la promotion d’habitats artificiels innovants, productifs et accessibles aux villageois pour la résilience des récifs coralliens et des communautés côtières dans les États insulaires en développement. Elle aura lieu le 23 Juillet 2021, de 12:30 à 12:45, heure de Madagascar, soit 09:30 à 09:45 temps universel.

Dans les pays insulaires en développement comme Madagascar, des activités alternatives telles que l’aquaculture villageoise et l’écotourisme sont développées, ainsi que des programmes visant à soutenir la gestion de la pêche à petite échelle. Plusieurs acteurs, dont des ONGs et les companies privés soutiennent les associations communautaires pour la gestion des écosystèmes et des ressources marines et côtières. Ils utilisent souvent un système de gestion similaire mais différent. Leurs objectifs et leur approche dépendent généralement des directives et des exigences relatives au financement. Bien que la collaboration soit communément admise et observée, les projets sont pour la plupart initiés séparément. La synergie est difficile à observer et conduit généralement à un résultat assez décevant quand on se rend compte des moyens mis à disposition et du travail accompli par chaque acteur.

A travers les résultats de notre analyse, nous proposons un partenariat légalisé, avec une relation contractuelle impliquant une coopération étroite entre deux ou plusieurs institutions parties prenantes ayant à la fois des missions communes et des responsabilités définies. Cela conduira à une coopération synergique, permettra des activités imbriquées et assurera une utilisation efficace des ressources humaines et financières de chaque partie. Les récifs coralliens et les communautés côtières n’en sortiront que gagnants et leur résilience renforcée.

Oral presentation

A bientôt, au symposium

ICRS 2021

Every two or three years, the International Society for Coral Reefs (ICRS) organizes a scientific symposium which also bears its name. The International Coral Reef Symposium is the most important scientific event bringing together thousands of researchers and actors working on coral reefs and their management, across the world. This year the symposium is organized at the University of Bremen, Germany and will be completely virtual due the pandemic situation.

Two presentations by the Coral Reef Research Education and Conservation Team

Through two presentations, IH.SM and Madagascar will be present at this symposium. These presentations focus on the work of the Coral Reef Research, Education and Conservation team (CORRECT).

The first, a Poster presentation, will take place on July 20, 2021 from 7:30 p.m. Madagasacar time (i.e. 4:30 p.m. universal time). The presentation untitled “Water volume, dissolved oxygen concentration and light irradiance influence the resistance of Seriatopora hystrix to transportation in small volume” is about improving the transport of live coral fragments, which is one of the most important constraints in their trade. Currently, they have to be transported by airplane, and preferably in less than 20 hours using concentrated oxygen, otherwise coral mortality after transport increases drastically. This research has shown that adding LED lighting to the transport box helps maintain viable transport conditions for live corals for up to 72 hours with the use of normal air.

The second presentation, in oral form, focuses on the “Community-based innovative and productive artificial habitats for coral reef and coastal community resilience in developing island states”. It will take place on July 23, 2021, from 12:30 p.m. to 12:45 p.m. Madagascar time, or 9:30 a.m. to 9:45 a.m. universal time.

In developing island states like Madagascar, alternative activities such as community-based aquaculture and ecotourism are being developed, as well as programs to support small-scale fisheries management. Several actors, including NGOs, private companies support community associations for the management of ecosystems and marine and coastal resources. They often use a similar but different management system and their objectives and approach generally depend on funding requirements. Although collaboration is commonly admitted and observed, projects are mostly initiated separately. Synergy is difficult to observe and generally leads to a rather disappointing result when one realizes the means made available and the work accomplished by each actor.

Through the results of our analysis, we suggest a legal partnership, with contractual relationship involving close cooperation between two or more stakeholder institutions having specified and joint missions and responsibilities at the same time. That will lead to a synergistic cooperation, allow interlocking activities and ensure efficient use of human and financial resources of each party. The coral reefs and coastal communities will only come out winners and their resilience boosted.