Category Archive Quoi de neuf Doc ?

Black coral farming: the potential is real / Elevage de corail noir : le potentiel est réel

October 12, 2021 Comments Off on Black coral farming: the potential is real / Elevage de corail noir : le potentiel est réel By administrateur

Depuis 2014, l’exploitation de coraux noirs (Tangoaraky) est devenue une activité illicite à Madagascar (En savoir …). Mais les services de pêche continuent à appréhender les braconiers de la mer qui risquent leur vie en plongée quasiment sans protection à une profondeur qui va jusqu’à 80m pour recolter des coraux noirs sauvages, souvent agés de plusieurs centaines d’années.

Pourquoi ne pas élever des coraux noirs ?

Des chercheurs ont découvert qu’il est possible de faire l’aquaculture des coraux noirs, malgré leur croissance lente.

Résumé de la publication

Afin de tester la faisabilité de la transplantation de l’espèce de corail noir fouet Cirrhipathes anguina (Dana, 1846) de Madagascar, des transplants ont été installés sur des tables de culture dans deux sites (la passe Nord et la Grande Vasque du Grand Récif de Toliara) caractérisés par des conditions environnementales distinctes. Après la transplantation, les greffons ont été suivis pour les capacités de cicatrisation à court terme (20 jours) et les taux de mortalité et de croissance à moyen terme (200 jours). Les résultats montrent une transplantation réussie dans les deux sites avec 0% de mortalité (sauf sous forme de fragments manquants) et une certaine croissance sur 200 jours. Les taux de croissance maximaux étaient respectivement de 3,4 cm/mois et 2,0 cm/mois dans la Passe Nord et dans la Grande Vasque. De plus, le temps moyen de cicatrisation totale a été retardé dans la Grande Vasque par rapport aux transplants de la Passe Nord (10 jours). Les différences entre les sites sont probablement liées à des différences dans les paramètres environnementaux. Dans l’ensemble, les résultats prometteurs obtenus avec le protocole simple utilisé dans cette étude encouragent l’utilisation de greffes de corail noir dans d’autres expériences in situ et projets de restauration.

Ces résultats encouragent également à poursuivre les recherches sur l’élevage de ces animaux inscrits dans l’annexe 2 de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), afin de palier aux problèmes de menaces et satisfaire le besoin du marché de squelettes de coraux noirs avec des produits provenant de l’aquaculture respectueuse de l’Environnement.

Lire l’article complet: Mathilde Godefroid, Gildas Georges BoleslasTodinanahary, Philippe Dubois, IgorEeckhaut, NicolasSturaro, GillesLepoint, LucasTerrana (2021) Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): The case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology 545 (2021) 151645 (DOI: https://doi.org/10.1016/j.jembe.2021.151645)

Black corals experimental farming overview
Aperçu de l’élevage expérimental de coraux noirs

English

Since 2014, the exploitation of black corals (Tangoaraky) has become an illegal activity in Madagascar (Read more …). But the Fisheries department continue to apprehend the poachers of the sea who risk their lives diving almost unprotected at a depth of up to 80m to harvest wild black corals, often several hundred years old.

Why not breed black corals?

Researchers have discovered that it is possible to aquaculture black corals, despite their slow growth.

Abstract of the research paper

In order to test the feasibility of transplantation of the whip black coral species Cirrhipathes anguina (Dana, 1846)  from Madagascar, transplants were installed on cultivation tables in two sites (the North Pass and the Grande Vasque) characterized by distinct environmental conditions. Following transplantation, the transplants were followed for short-term (20 days) healing capacities and medium-term (200 days) mortality and growth rates. Results show a successful transplantation in both sites with 0% mortality (except in the form of missing fragments) and a certain growth over 200 days. Maximum growth rates were 3.4 cm/month and 2.0 cm/month in the North Pass and in the Grande Vasque, respectively. In addition, mean time to total healing was delayed in the Grande Vasque compared to the transplants in the North Pass (10 days). Differences between sites are likely to be related to differences in environmental parameters. Altogether, the promising results obtained with the easy protocol used in this study encourage the use of black coral transplants in further in situ experiments and restoration projects.

These results also encourage further research on the breeding of these organisms listed in Annex 2 of the Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora (CITES), in order to overcome the problems of threats and satisfy the market need for black coral skeletons with products from environmentally friendly aquaculture.

 

Read the full article: Mathilde Godefroid, Gildas Georges BoleslasTodinanahary, Philippe Dubois, IgorEeckhaut, NicolasSturaro, GillesLepoint, LucasTerrana (2021) Perspectives on working underwater with black coral nubbins (Cnidaria: Antipatharia): The case of Cirrhipathes anguina (Dana, 1846). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology 545 (2021) 151645 (DOI: https://doi.org/10.1016/j.jembe.2021.151645)

 

Corals and black corals: check out these 2 new articles published

October 6, 2021 Comments Off on Corals and black corals: check out these 2 new articles published By administrateur

Check out these two new articles published on corals and black corals … Enjoy reading

Découvrez ces deux nouveaux articles publiés sur les coraux et les coraux noirs … Bonne lecture

Article 1

“Spatial Patterns of Coral Community Structure in the Toliara Region of Southwest Madagascar and Implications for Conservation and Management”

Cite the article: Botosoamananto RL, Todinanahary G, Razakandrainy A, Randrianarivo M, Penin L, Adjeroud M. Spatial Patterns of Coral Community Structure in the Toliara Region of Southwest Madagascar and Implications for Conservation and Management. Diversity. 2021; 13(10):486. https://doi.org/10.3390/d13100486 (Download PDF)
Received: 30 August 2021 / Revised: 26 September 2021 / Accepted: 2 October 2021 / Published: 5 October 2021

Abstract

The Great Reef of Toliara, on the southwestern coast of Madagascar, has been documented as harbouring flourishing reef communities in the 1960s, but has since been affected by various threats, causing a coral decline last reported in 2008. In 2017, we examined the spatial heterogeneity in coral community structure in the region of Toliara. Coral assemblages were characterized by a marked spatial variability, with significant variation for most of the descriptors among the three major habitats and also among stations within habitats. We recorded high coral cover, with values >40% at six of the 10 stations, which was associated with high abundance of coral colonies. We also documented the return to an Acropora-dominated coral assemblage. While these positive results suggest a recent return to healthier coral assemblages, they must be tempered, as the diversity that we recorded was lower than in the 1960s. Moreover, we found a high cover of algae at several stations, suggesting that the ecosystem is likely close to the tipping point toward a phase shift. Finally, the population size-structure of major coral taxa was positively skewed, with few large colonies to ensure the replenishment of local populations. The marked spatial variation suggests that marine protected areas should integrate a sufficiently large area to capture the scale of this spatial heterogeneity.
Keywords: coral reefs; scleractinian corals; community structure; spatial variability; Madagascar

Article 2

Ecomechanics of black corals (Cnidaria: Anthozoa: Hexacorallia: Antipatharia): A comparative approach

First published: 05 October 2021 https://doi.org/10.1111/ivb.12347 (Read the article here)
Abstract
Mechanical properties of the skeleton of four antipatharians (the whip species Cirrhipathes anguina and Stichopathes cf. maldivensis, and the branched species Cupressopathes abies and Cupressopathes cf. pumila) living in shallow waters off the southwestern coast of Madagascar were investigated using a three-point bending test. The Young’s modulus did not differ according to species but was significantly higher in the distal segment of colonies, compared with the basal and median segments. By contrast, the flexural stiffness was significantly higher in whip species compared with branched ones, and in the whip species, flexural stiffness was higher in the basal segment compared with the other two segments, an observation consistent with a specific adaptation of the species to a strong current environment. Although both species cohabit identical flow conditions, whip species are able to maintain their stalk in vertical position, whereas branched species can readily bend over. This suggests that the specific flexural stiffness is linked to contrasting feeding strategies of species with different morphologies in a similar strong current environment.

,

New published article on the “First evaluation of coral recruitment in Madagascar”

August 30, 2021 Comments Off on New published article on the “First evaluation of coral recruitment in Madagascar” By administrateur

Des chercheurs de l’IH.SM, avec leurs partenaires, ont évalué la distribution des larves et le recrutement des coraux constructeurs de récifs dans la région sud-ouest de Madagascar. Cette étude réalisée entre octobre 2013 et Septembre 2014 constitue la première du genre dans le pays et a ouvert la voie à de multitudes d’investigations concernant la dynamique des assemblages des coraux et la capacité de résilience des récifs coralliens à Madagascar.

Lire l’article ici

Résumé

Les auteurs de l’article ont commencé par un suivi hebdomadaire de la présence de larves de corail (planula) dans le plancton, suivi d’une évaluation mensuelle des recrues (des bébés corail de moins de 1 an) et une estimation du taux de recrutement des juvéniles (1 <Juveniles <2 ans). Les larves de coraux ont été observé dans le plancton 9 mois sur 12. Leur abondance a été plus élevée au début de la saison chaude et humide et des pics de densité ont été observé en Novembre et Décembre suggérant que la plupart des coraux libèrent leurs œufs fécondés quelques jours ou quelques semaines avant cette période. Le taux de recrutement observée dans le sud-ouest de Madagascar était élevé est comparable à d’autres régions du monde avec plus ou moins 100 recrues par mètre carré sur le site ou le recrutement est le plus élevé. Il varie aussi selon les saisons.

Nous avons observé des pics de recrutement entre Octobre et Décembre. Nous avons également observé une différence significative entre l’abondance des recrues et celle des juvéniles. Les résultats de l’évaluation de l’abondance des juvéniles ont révélé des taux élevés (> 10 juvéniles de m-2) par rapport à d’autres régions et au seuil théoriques, mais il a également permis de relever une forte mortalité des recrues.

Les résultats de cette étude suggèrent que malgré la dégradation sans précédente des récifs coralliens, particulièrement ceux du Grand récif de Toliara, l’observation d’un recrutement naturel avec un taux élevé est un bon signe et pourrait favoriser une résilience des assemblages coralliens, bien que plusieurs facteurs post-recrutement puissent induire une mortalité importante des recrues et des juvéniles de corail.

Les chercheurs de l’IH.SM avec leur partenaire de par le monde continue de travailler sur le sujet afin d’approfondir la connaissance sur la reproduction et la dynamique des assemblages de coraux à Madagascar.

Photographs of scleractinian at the different development stages

Abstract

The distribution of larvae and recruitment of scleractinians in the southwest region of Madagascar were evaluated for the first time between October 2013 and September 2014 at 3 sites. The presence of coral larvae (planulae) was monitored through weekly sampling using a plankton net and the recruitment rate evaluated by monthly sampling of the newly settled corals (<1 year stage) on recruitment tiles and by a monitoring of the recruitment of juveniles (1< Juveniles < 2 years) using the quadrat method. Planulae were present in the plankton for 9 months during the survey.

The recorded mean annual density of planula varied from 0.43 ± 0.41 larvae m-3 to 3.23 ± 5.72 larvae m-3 depending on site, with a peak in larval density towards the end of November and the beginning of December. The variability in the occurrence of planula is very high and implied that the density observed in the year does not present a significant difference between the sites (pKW=0.33). The average density of total recruits was 620.13 ± 621.30 recruits m-2, 40.28 ± 50.97 recruits m-2 and 36.34 ± 33.82 recruits m-2, respectively at the sites of Nosy Tafara, Grande Vasque and Rose Garden. Seasonal distribution of coral recruitment was different between the sites. The mean annual density of newly settled recruits (< 1 month stage) was significantly higher at Nosy Tafara with 94.91±101.08 recruits m-2 compared to Grande Vasque and Rose Garden with 18.75±34.32 recruits m-2 and 11.57±18.47 recruits m-2 (pKW<0.001), respectively.

The highest density of newly settled recruits was observed between October to December. Higher density of recruits was also observed in March at Nosy Tafara and in May at all three sites. Results of juvenile monitoring showed high rates (> 10 juveniles m-2) compared to other regions and the threshold, but it revealed high mortality among recruits. Coral recruitment in the southwest region of Madagascar was found to be high and could result in increased resilience of the coral reef assemblages.

Download the full article here (DOI: 10.4314/wiojms.v20i1.5)

Todinanahary GGB, HasintantelyN, Eeckhaut I, Lavitra T (2021) First evaluation of coral recruitment in Madagascar. Western Indian Ocean Journal of Marine Science, 20(1):47-62

 

Des coraux vivants adultes sur les habitats artificiels villageois : une lueur d’espoir pour la pêcherie récifale ?

August 12, 2021 Comments Off on Des coraux vivants adultes sur les habitats artificiels villageois : une lueur d’espoir pour la pêcherie récifale ? By administrateur

Les débris de coraux morts ont été collectés et valorisés pour constituer les matières premières base de la fabrication des habitats artificiels baptisé Fishes Banking ecotechnology®

Cette innovation a été développée à Madagascar pour contribuer à la pêcherie durable. Les objectifs des habitats artificiels sont d’ordre écologique, halieutique et écotourisitique. Les caractéristiques spécifiques de ces dispositifs favorisent une colonisation rapide par les organismes benthiques et les poissons d’intérêts commercial. Par ailleurs, après quatre années d’immersion, plusieurs espèces de coraux constructeurs de récif de taille adulte sont déjà observées dans certains sites.

Poissons agrégés sur l’habitat artificiel en pyramide

La présence et l’abondance des ces principaux acteurs du système récifal est un des caractéristiques qui définissent la résilience d’un récif naturel, surtout lorsque la survie post-recrutement est élevé. La croissance est également surprenante. Ce qui semble être le cas sur ces dispositifs installés près du village de pêcheurs Sarodrano où les coraux observés sur ces dispositifs sont également considérés comme des espèces résistantes par rapport aux perturbations environnementaux et aux stress climatiques. Laissés ouverts aux activités de pêches sans aucune restriction, les résultats sont prometteurs dans un sens où les pêcheurs exercent moins de pressions que sur les récifs naturels où celles-ci sont une des causes principales de dégradation.

Une espèce d’Acropora adulte sur l’habitat artificiel en pyramide

Après des années d’observations scientifiques, le Fishes Banking ecotechnology® semble démontrer qu’il constitue une technologie de restauration récifale abordable et applicable dans les villages des pêcheurs.

Par Faustinato Behivoke

 

Actu: Bioplastique et algues / News: Bioplastic and seaweed

July 16, 2021 Comments Off on Actu: Bioplastique et algues / News: Bioplastic and seaweed By administrateur

English version below

Fabriquer du plastique biodégradable à partir des algues marines cultivées par des villageois. Où en est-on ?

Un partenariat multipartite pour la recherche et développement

Afin de lutter contre la pollution environnementale et de valoriser les algues marines cultivées par les communautés côtières, le projet de recherche intitulé “Bioplastique et algoculture villageoise” a été initié depuis janvier 2020 grâce au partenariat Nord-Sud entre l’Institut Halieutique et des Sciences Marines de l’Université de Toliara, l’Université d’Antananarivo, les Universités belges de Mons et de Liège, avec le financement de l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Belgique (ARES-Belgique) et la participation d’autres partenaires privés (Ocean Farmers) et ONG (Entraide et Fraternité).

Le projet a pour objectif d’évaluer et de tester, à l’échelle d’une unité-pilote sur Madagascar, le potentiel économique, social et environnemental d’une activité innovante portant sur la confection de bioplastiques, en particulier des sacs et des films dégradables, confectionnés à partir des deux algues aquacultivées, la Cottonii et la Spinosum.

Les premiers essais sont-ils concluants ?

Afin de discuter de l’avancement et de la gestion globale des activités du projet et particulièrement des activités de recherche proprement dites, une réunion entre les partenaires parties prenantes, les scientifiques (promoteurs, encadrants et étudiants) et les responsables administratifs a été réalisée le 14 juillet 2021. La réunion s’est basée sur l’évolution des travaux de recherche réalisés par les Doctorants recrutés dans le cadre du projet.

Une réunion virtuelle entre les partenaires

Les trois doctorants ont fait une brève présentation de leurs travaux de recherche effectués pour montrer ce qu’ils ont accomplis et les perspectives pour la deuxième année. Maka Dimbinaina Olivier, Doctorant en Sciences Chimiques a partagé ses premiers résultats portant sur la fabrication de bioplastiques à partir des algues marines Kappaphycus alvarezii (Cottonii) et Euchema denticulatum (Spinosum) venant des villages côtiers. A partir de son premier essai, il a démontré la possibilité de formuler des films à partir d’algues marines brutes et envisage d’améliorer les films avec une partie des composants des algues marines.

Raharinaivo Lovasoa Rina, Doctorante en Sciences Biochimiques a quant à elle, partagé ses activités concernant l’étude de la biodégradation des bioplastiques biosourcés associée à la caractérisation des déchets marins, particulièrement les macro- et micro-plastiques. Elle évaluera entre autres l’impact de ces déchets sur le fonctionnement des écosystèmes marins critiques tels que la mangrove et les herbiers de phanérogames.

Rabearison Mihary Isandratana, Doctorant en Sciences Economiques a exposé ses axes de recherches sur les stratégies d’exploitation du bioplastique algosourcé en mettant en exergue la création d’une nouvelle chaîne de valeur dans une logique de développement durable dans le but de dégager les potentialités socio-économiques et les pertinences environnementales du projet.

Pour le développement durable …

Un projet pour le développement axé sur 3 thèmes de Doctorat

Malgré la situation pandémique qui perturbe notamment les déplacements des chercheurs, les travaux de recherches avancent pas à pas. Par ailleurs, les partenaires privés et ONGs ont réaffirmé leur volonté d’aider à la poursuite des objectifs des projets de recherche.  Les promoteurs ainsi que les encadrants n’ont pas manqué de rappeler la nécessité de travailler davantage sur la complémentarité et la convergence des travaux de thèse afin d’assurer la durabilité des produits qui seront développés et contribuer à atteindre les objectifs du développement durable.

Pour atteindre les ODD / Meeting the SDGs

 

Produce biodegradable plastic from seaweed cultivated by villagers. Where we are?

A multi-stakeholder partnership for research and development

To fight against the environmental pollution and to valorize seaweeds cultivated by coastal communities, the research project entitled “Bioplastique et algoculture villagoise” has been initiated since January 2020, dealt by a North-South partnership between Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) of the University of Toliara and the University of Antananarivo, the Belgian Universities of Mons and Liège. The project is funded by the Belgium Academy of Higher Education and Research (ARES). the technical contribution Private partners (Ocean Farmers) and NGOs (Entraide et Fraternité) provide the technical support.

The project aims to evaluate and test, at the scale of a pilot unit in Madagascar, the economic, social and environmental potential of an innovative activity, which produces seaweed-based bioplastics. The project plans to produce biodegradable bags and films using mainly two seaweeds namely “Cottonii” and “Spinosum”.

Are the first tests conclusive?

In order to discuss the progress and overall management of the project activities and particularly the research activities themselves, a meeting between the stakeholders, the scientists (senior scientists and PhD students) and the administrative staff was held on July 14th, 2021. The meeting focused on the progress of the research work carried out by the PhD students recruited within the project.

The three PhD students briefly presented their research work to show their accomplishments and the perspectives for the second year. Maka Dimbinaina Olivier, PhD student in Chemical Sciences shared his first results on the creation of bioplastics from the seaweeds Kappaphycus alvarezii (Cottonii) and Euchema denticulatum (Spinosum) from the coastal villages. From his first experiments, he demonstrated the possibility of formulating films from blend seaweed and plans to improve the films with the seaweed components.

Raharinaivo Lovasoa Rina, PhD student in Biochemical Sciences shared her activities regarding the study of biodegradation of biosourced plastics associated with the characterization of marine litters, especially macro- and microplastics. She will be assessing the impacts of those litters on the critical marine ecosystems (mangroves and phanerogam beds).

Rabearison Mihary Isandratana, PhD student in Economics presented his line of research throughout a triple bottom line approach on how to combine economic profitability, social impacts and environmental benefits of the project while creating a new sustainable value chain.

For sustainable development …

Although the effects of the pandemic that delays the researchers‘ travel, the research is leading onto a good path. Moreover, private partners and NGOs have reaffirmed their motivation to assist to the continuation of research project and excited to by the promising preliminary results. Besides, the senior scientists reminded the significance of the complementarity of the students’ theses and their convergence within the research project in order to ensure the sustainability of the products that will be developed and contribute to achieving the sustainable development goals.

Par/By Rina Raharinavo, Olivier Maka et Mihary Rabearisoa

L’IH.SM sera présent au symposium international pour le récif corallien

July 6, 2021 Comments Off on L’IH.SM sera présent au symposium international pour le récif corallien By administrateur

English below

ICRS 2021

Tous les deux ou trois ans, la société internationale pour les récifs coralliens (ICRS) organise un symposium scientifique qui porte aussi son nom. Le symposium international sur le récif corallien est la plus importante manifestation scientifique regroupant des milliers de chercheurs et d’acteurs travaillant sur les récifs coralliens et leur gestion, à travers le monde. Cette année, le symposium est organisé par l’Université de Bremen, Allemagne et sera totalement virtuel en raison de la situation pandémique.

2 présentations, par l’équipe CORRECT

A travers deux présentations, l’IH.SM, Madagascar sera présente à ce symposium. Ces présentations portent sur les travaux de l’équipe de recherche, d’enseignement et de conservation des récifs coralliens (CORRECT).

La première, une présentation sous forme de Poster aura lieu le 20 juillet 2021 à partir de 19:30, heure de Madagascar (soit 16:30 temps universel). Intitulé «Water volume, dissolved oxygen concentration and light irradiance influence the resistance of Seriatopora hystrix to transportation in small volume», cette présentation porte sur l’amélioration du transport des coraux vivants (les boutures) qui est l’une des contraintes les plus importantes dans le commerce de ces animaux. Actuellement, ils doivent être transportés par voie aérienne, et de préférence en moins de 20 heures en utilisant de l’oxygène concentré, sinon, la mortalité des coraux après le transport augmente considérablement. Cette recherche a démontré que l’ajout d’éclairage LED dans la boîte de transport permet de maintenir les conditions de transport viables pour les coraux vivants jusqu’à 72h avec l’utilisation de l’air normal.

Poster presentation

La deuxième présentation, sous forme orale, intitulée “Community-based innovative and productive artificial habitats for coral reef and coastal community resilience in developing island states”, porte sur l’utilisation et la promotion d’habitats artificiels innovants, productifs et accessibles aux villageois pour la résilience des récifs coralliens et des communautés côtières dans les États insulaires en développement. Elle aura lieu le 23 Juillet 2021, de 12:30 à 12:45, heure de Madagascar, soit 09:30 à 09:45 temps universel.

Dans les pays insulaires en développement comme Madagascar, des activités alternatives telles que l’aquaculture villageoise et l’écotourisme sont développées, ainsi que des programmes visant à soutenir la gestion de la pêche à petite échelle. Plusieurs acteurs, dont des ONGs et les companies privés soutiennent les associations communautaires pour la gestion des écosystèmes et des ressources marines et côtières. Ils utilisent souvent un système de gestion similaire mais différent. Leurs objectifs et leur approche dépendent généralement des directives et des exigences relatives au financement. Bien que la collaboration soit communément admise et observée, les projets sont pour la plupart initiés séparément. La synergie est difficile à observer et conduit généralement à un résultat assez décevant quand on se rend compte des moyens mis à disposition et du travail accompli par chaque acteur.

A travers les résultats de notre analyse, nous proposons un partenariat légalisé, avec une relation contractuelle impliquant une coopération étroite entre deux ou plusieurs institutions parties prenantes ayant à la fois des missions communes et des responsabilités définies. Cela conduira à une coopération synergique, permettra des activités imbriquées et assurera une utilisation efficace des ressources humaines et financières de chaque partie. Les récifs coralliens et les communautés côtières n’en sortiront que gagnants et leur résilience renforcée.

Oral presentation

A bientôt, au symposium

ICRS 2021

Every two or three years, the International Society for Coral Reefs (ICRS) organizes a scientific symposium which also bears its name. The International Coral Reef Symposium is the most important scientific event bringing together thousands of researchers and actors working on coral reefs and their management, across the world. This year the symposium is organized at the University of Bremen, Germany and will be completely virtual due the pandemic situation.

Two presentations by the Coral Reef Research Education and Conservation Team

Through two presentations, IH.SM and Madagascar will be present at this symposium. These presentations focus on the work of the Coral Reef Research, Education and Conservation team (CORRECT).

The first, a Poster presentation, will take place on July 20, 2021 from 7:30 p.m. Madagasacar time (i.e. 4:30 p.m. universal time). The presentation untitled “Water volume, dissolved oxygen concentration and light irradiance influence the resistance of Seriatopora hystrix to transportation in small volume” is about improving the transport of live coral fragments, which is one of the most important constraints in their trade. Currently, they have to be transported by airplane, and preferably in less than 20 hours using concentrated oxygen, otherwise coral mortality after transport increases drastically. This research has shown that adding LED lighting to the transport box helps maintain viable transport conditions for live corals for up to 72 hours with the use of normal air.

The second presentation, in oral form, focuses on the “Community-based innovative and productive artificial habitats for coral reef and coastal community resilience in developing island states”. It will take place on July 23, 2021, from 12:30 p.m. to 12:45 p.m. Madagascar time, or 9:30 a.m. to 9:45 a.m. universal time.

In developing island states like Madagascar, alternative activities such as community-based aquaculture and ecotourism are being developed, as well as programs to support small-scale fisheries management. Several actors, including NGOs, private companies support community associations for the management of ecosystems and marine and coastal resources. They often use a similar but different management system and their objectives and approach generally depend on funding requirements. Although collaboration is commonly admitted and observed, projects are mostly initiated separately. Synergy is difficult to observe and generally leads to a rather disappointing result when one realizes the means made available and the work accomplished by each actor.

Through the results of our analysis, we suggest a legal partnership, with contractual relationship involving close cooperation between two or more stakeholder institutions having specified and joint missions and responsibilities at the same time. That will lead to a synergistic cooperation, allow interlocking activities and ensure efficient use of human and financial resources of each party. The coral reefs and coastal communities will only come out winners and their resilience boosted.

Petite sortie d’un économiste de la bulle financière pour la découverte de la biodiversité marine et la richesse de sa Nation

April 15, 2021 Comments Off on Petite sortie d’un économiste de la bulle financière pour la découverte de la biodiversité marine et la richesse de sa Nation By administrateur

L’économiste de formation, Mihary est sorti de de la bulle financière pour la découverte de la biodiversité marine et la richesse de sa Nation

La mission consistait essentiellement à observer les activités économiques de subsistance des villageois de Salary Nord. La communauté est majoritairement composée de l’Ethnie VEZO qui est traditionnellement “Pêcheur”. La pêche constitue ainsi l’activité principale des villageois. Alternativement, quelques villageois pratiquent l’Algoculture comme Activité Génératrice de Revenus (AGR). Il s’agit d’une filière assez récente mais commence à présent à bien payer pour quelques fermiers qui sont motivés à la culture à en voir par les techniques de production.

Un pêcheur à la ferme d’algue

C’est dans ce contexte que Mihary Rabearison, un Doctorant en Sciences Economiques auprès de l’Université de Mons en collaboration avec l’IHSM, travaille sur la valorisation des algues marines en bioplastiques (biodégradables) tout en estimant leurs potentialités socio-économiques dans le Sud-Ouest de Madagascar, voire pour le pays ainsi que leurs débouchés éventuels sur le marché extérieur.

D’un autre angle, Salary Nord se reconnaît par son paysage unique et la coloration de la mer époustouflante, d’où, sans doute, l’origine de l’appellation de la zone en : << SOARIAKE >>. Sans doute, une amélioration de l’accès routier promouvrait considérablement la zone et permettrait d’exploiter ses potentialités, à n’en dire que le tourisme local.

Le paysage marin dans le coin

Le village des pêcheurs

Pour en profiter pleinement, une visite à Salary Nord doit passer par la cuisine locale et les poissons fumés pour se solder par un baptême de plongée marine chez “Madagascar Diving” avec Fred Lucas. Car après tout, d’un point de vue Keynésien, L’économiste doit être mathématicien, historien, politicien et philosophe. Il doit aborder simultanément l’abstraction et la réalité et étudier le présent à la lumière du passé en vue de l’avenir sans qu’aucun aspect de la nature des institutions ne lui échappe.

Pourquoi pas ajouter en sus, connaître l’environnement marin et découvrir la biodiversité marine.

Toute l’équipe, après la plongée sous-marine

La première fois de Mihary

Crown-of-thorns starfish, the forgotten predator of corals

March 16, 2021 Comments Off on Crown-of-thorns starfish, the forgotten predator of corals By administrateur

Four months have passed since we immersed 800 artificial devices with coral fragments in the village of Sarodrano.

From 8 to 11th of March, we were back to the field to assess how effective the devices were. They already attracted so many fishes (see the video). Seaweeds are also growing on them.
Now, the problem is this crown-of-thorns starfish (Acanthaster planci) which is the main predator of corals. With the recent and continuous events of coral bleaching, the crown-of-thorns starfish and the problems associated with it have faded into the background.What makes these Acanthaster dangerous is that they are voracious and one broken limb can quickly regenerate into a complete individual.

Photo  1: crown-of-thorns starfish on an artificial habitat, eating corals
This time, we took it out of the water and dried it under the sun. We then replaced the dead coral nubbins.

Aina Nomenisoa

The research related to this work is supported by 

Débuter sa thèse de Doctorat pendant l’année de COVI 19. Deux de nos Doctorants témoignent.

Comment les étudiants vivent-ils la pandémie de la covid19?

Rina et Maka, deux des doctorants sélectionnés dans le cadre du projet PRD « Bioplastique et algoculture villageoise », ont débuté leur première année de thèse depuis juillet 2020 nous font part de l’effet du covid19 sur leur travail.

  • Maka : « Nous avons commencé la thèse lors que la covid19 était déjà présent à Madagascar mais n’arrivait pas encore dans la ville de Toliara, où nous vivons».

Toliara est une ville située dans le Sud-ouest de Madagascar où se trouve l’IH.SM (à l’Université de Toliara), l’institut collaborant avec l’UMons dans ledit projet.

  • Rina : « On m’a toujours dit que les difficultés ne manqueront pas pendant la réalisation d’une thèse, mais je pense que cela aurait été moins dure sans cette pandémie…La préparation de notre visa a durée plus d’un mois ; tout comme notre inscription à l’UMons, qui ne nous a pas permis de suivre les cours comme prévus ni d’avoir une carte de séjour et d’ouvrir un compte bancaire. De plus nous ne pouvions pas rencontrer d’autres étudiants, ni visiter la ville le weekend…nous ne savions même pas qui étaient nos voisins dans notre appartement que lorsqu’il y a eu un problème de panne d’électricité qui nous a incité à sortir pour voir ce qui s’est passé.
  • Maka : « …pas le droit de faire la fête à noël ni au le nouvel an…La raison de tout cela? C’est la fameuse covid19

Si tels étaient leur difficultés, comment se passent les choses pour eux en ce moment ? Sachant que Belgique est encore en confinement en ce mois de février alors qu’à Madagascar la situation semble améliorée.

  • Maka : « Tout s’est un peu amélioré suite à l’affaiblissement des mesures dernièrement. Nous sommes actuellement en train de suivre les cours que nous avions manqués pour une nouvelle session, mais cela reste en ligne pour l’instant. Pas de possibilité de rencontrer notre professeur, ni les autres étudiants qui suivent la même formation que nous».
  • Rina : « Pour ce qui est de la culture belge, comme le festival de doudou, nous avons eu l’occasion de suivre un workshop en ligne qui nous a fait découvrir autrement la ville montoise.»

Photo: Rina, observant un échantillon au microscope éléctronique

Leurs conseils :

  • Rina : « Quoi que vous faites, surtout pour les étudiants, ne désespérez pas, tenez bon car la difficulté sera toujours présent et imprévisible dans les études. En ce temps de covid19, trouvez un moyen d’avancer malgré tout, n’attendez pas que cette pandémie se termine pour faire ce que vous pouvez faire… Mais n’oubliez pas de respecter les mesures sanitaires😊 ! »
  • Maka : « Restez toujours positif car on peut aussi considérer cette situation comme un avantage. C’est l’occasion de prendre du temps pour vous et de travailler vos projets de recherche. Trouvez des formations gratuites en ligne pour renforcez vos capacités dans vos domaines respectifs. Mais n’oubliez pas le plus important, c’est d’être organisé et avoir un planning pour permettre de mieux cibler et atteindre vos objectifs.»

Photo: Maka, travaillant sur la fabrication de bioplastique à base d’algues