Laboratoires

L’IH.SM dispose de plusieurs unités de recherche et deux structures de recherche stratégiques. Chaque unité de recherche est composée de laboratoires de recherche, avec leurs partenaires. Le laboratoire de recherche est la structure structure de base de la recherche au sein de l’IH.SM. L’Institut dispose de plusieurs laboratoires de recherche. Chaque laboratoire est une structure autonome dans la gestion de ses infrastructures, de son personnel et de ses projets de recherche.

Chaque laboratoire est géré par un Professeur ou Maître de Conférence permanent, épaulé par des membres permanents (Maîtres de Conférence, Assistants et Technicien) et non permanents (Post-Doctorants, Doctorants, Mémorants, Assistant Technique et Administratifs, etc.)

Unités et laboratoires de recherche

Unité de Recherche (UR) Environnement Marin et Côtier

Les écosystèmes marins et côtiers tels que les récifs coralliens, la mangrove et les herbiers de phanérogames, les marais salants et les mangroves jouent un rôle primordial dans la maintenance de l’équilibre de la biosphère.

L’objet de recherche pour cette unité portent sur 3 composantes principales:

  • Composante 1: Les études sur les récifs coralliens et les coraux, réalisées par l’équipe CORRECT (En savoir plus).
  • Composante 2: Les études sur la Mangrove et leur exploitation
La principale recherche menée sur la mangrove concerne l’Évaluation de la pratique, les défis, les coûts et les avantages de la mise en oeuvre d’un Paiement pour les Services Ecosystémiques communautaire. Le but de cette recherche est de savoir si le système de PSE basé sur la vente des crédits carbone pourrait être un outil efficace pour gérer les mangroves de la Baie des Assassins, pour améliorer les conditions de vie des communautés locales et pour préserver la biodiversité. Le travail servira ensuite un guide pour la bonne pratique de la mise en place de projet PSE communautaire à Madagascar et quelque part dans le monde. 
  • Composante 3: Les études sur l’écosystème des herbiers de phanérogames.

Les herbiers de phanérogames sont reconnus parmi le plus productive et soutienne des milliers de personnes en terme de sécurité alimentaire. Il assure l’apport en protéine des communautés côtière, habitats et refuges pour nombreuses poissons et autres animaux marins, protège la côte des vagues, séquestres également les Carbones de l’atmosphère et de l’océan, et atténue en effet le changement climatique. Cet écosystème est actuellement menacé par nombreuses pressions naturelles et anthropiques. Des mesures de gestion durable, de protection et de conservation de cet écosystème pourraient assurer la durabilité des services et la longévité des ressources qu’il fournit. Malgré ces valeurs, pour le cas de Madagascar comme beaucoup d’autres pays dans la région de l’Océan Indien, très peu de littérature et de données scientifique sont disponibles comme outils d’aide a la prise de décision sur la gestion et la protection de cet écosystème d’où la raison du présent projet de recherche. L’objectif globale est donc de compléter cette manque de données à l’échelle nationale, et à l’échelle régionale (Océan Indien). Il s’agit d’une évaluation de sa distribution géographique ainsi que de ses caractéristiques bioécologiques, de la richesse en biodiversité de cet écosystème. Ces activités de recherche nous permettraient de procéder étape par étape à certaines activités de conservation, de restauration et gestion des ressources qui s’y trouvent.

Les composantes 2 et 3 sont des recherches menées au sein du laboratoire Blue Carbon Ecosystems (BCE) et le laboratoire d’Océanographie.

UR Pêche et Gestion des ressources aquatiques

UR Aquaculture

L’Aquaculture est un des thèmes de recherche les plus développés à l’IH.SM avec plusieurs équipes travaillant qui disposent d’infrastructures de recherche adaptées. Les chercheurs de l’Institut ont développé depuis plus de 25 ans des techniques nouvelles et novatrices d’aquacultures adaptée aussi bien au contexte de pays en voie de développement comme Madagascar qu’aux pays développés qui ont la capacité de développer des structures aquacoles utilisant des équipements high-tech.

Parmi les formes d’aquaculture déveopper par les équipes de l’Institut, nous pouvons citer la Spiruliculture, l’Algoculture, l’Holothuriculture, la Crevetticulture, l’Ostréïculture, la Pisciculture, l’élevage de Crabe, l’élevage d’Artemia ou encore l’élevage de coraux constructeurs de récifs.

UR Biotechnologie marine et Valorisation des ressources

UR Pollution Marine et Ecotoxicologie, Ecologie Microbienne

Cette unité a été créée à l’IH.SM depuis la mise en œuvre d’un projet PAREM-PRE/COI (entre 1996-1999), financé par l’Union Européenne, et aussi grâce à l’équipe dirigé par Dr RALIJAONA Christian, Expert national du réseau écotoxicologie marine de ce projet. L’objectif du projet est de promouvoir une gestion efficace des phénomènes d’écotoxicologie marine dus aux contaminants naturels (phycotoxines/biotoxines) dans la région de la COI afin d’en maitriser les causes environnementales, d’en prévoir les manifestations et d’en atténuer les effets sanitaires et socio-économiques. Cependant, jusqu’à nos jours, la maitrise des causes environnementales et la prédiction du phénomène de l’ecotoxicologie constituent encore des défis pour les chercheurs œuvrant dans cette unité de recherche. De ce fait, l’objet de recherche pour cette unité portent sur 3 composants : 

  1. Les organismes producteurs de toxines, en général, les microalgues par l’identification taxonomique des microalgues réputés indicatrices, et l’étude de leur bioécologie 
  2. Les animaux vecteurs de l’intoxication, caractérisation taxonomique et biotoxine mis en jeux 
  3. Qualité de l’eau et l’état de santé des habitats marins principalement reconnus liés à l’événement de l’Intoxication collective par consommation d’animaux marins (ICAM).

Voir

Structures transversales

  • Centre National de Données Océanographiques
  • Musée de la Mer
  • Station Marine de Belaza